•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hommage à Amir Benayad, tué par balles à 17 ans

Un homme réconforte une jeune fille. Une autre fille est en pleurs.

Une centaine de personnes étaient présentes dimanche à un rassemblement organisé en mémoire d’Amir Benayad, tué de plusieurs balles à l'abdomen jeudi.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Une centaine de personnes ont participé dimanche à un rassemblement organisé en mémoire d’Amir Benayad, 17 ans, tué de plusieurs balles à l'abdomen jeudi soir dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, à Montréal.

Organisé dans un parc situé tout près de l’endroit où Amir Benayad a été abattu, au coin des rues Roy et Berri, ce rassemblement a réuni un grand nombre de membres de la communauté algérienne.

Cela a aussi été l’occasion de se rappeler tous les adolescents tués par des armes à feu en 2021 et de protester contre ce qui est considéré comme de l’inaction de la part du gouvernement dans le dossier du contrôle de ces armes.

Les participants ont aussi réclamé un meilleur financement gouvernemental du traitement des problèmes de santé mentale.

Ils ont également dit ne pas comprendre pourquoi les médias ne parlent pas davantage de ces jeunes victimes.

Des gens sont rassemblés près d'un parc.

Une centaine de personnes étaient présentes lors du rassemblement.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

C’est atroce. Maintenant, les familles essaient d’empêcher leurs ados de sortir à l’extérieur. Est-ce que c’est normal? On ne peut plus accepter ça à Montréal, a déclaré à Radio-Canada une des participantes au rassemblement.

Je viens pour dire au haut de la pyramide : vous attendez quoi? Combien faut-il de meurtres? a lancé une autre participante.

Montréal connaît en effet une vague de crimes liés aux armes à feu. En 2021, 19 des 37 personnes tuées à Montréal sont tombées sous des balles, dont deux adolescents, Meriem Boundaoui et Thomas Trudel.

Pour sa part, Jannai Dopwell-Bailey, 16 ans, a lui aussi été victime d’un meurtre en octobre : il a été poignardé dans le quartier Côte-des-Neiges.

Le père de Meriem Bendaoui était d'ailleurs présent lors du rassemblement. Il a pris la parole, déplorant que les rues de Montréal ne soient plus sécuritaires.

Un homme tient un carton sur lequel il demande que cesse la violence et que les rues de Montréal redeviennent sécuritaires.

Les personnes présentes lors du rassemblement ont demandé un meilleur contrôle des armes à feu.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Amir Benayad, qui n'avait pas d'antécédents judiciaires, est la première victime d’un homicide à Montréal en 2022.

Selon les informations de Radio-Canada, sa mort pourrait découler d'un conflit entre des jeunes d'une même école secondaire. Il se serait fait tirer dessus à bout portant.

Deux jours plus tard, samedi soir, un adolescent de 14 ans a pour sa part été blessé par balles dans l’arrondissement de Ville-Marie. On ne craint pas pour sa vie et on ignore pour le moment si cette affaire est accidentelle ou criminelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !