•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un expert ontarien met en garde le Manitoba contre la résignation face à la COVID-19

Le Dr Peter Jüni en mode portrait, les bras croisés.

Le Dr Peter Jüni qui dirige la Table consultative scientifique de l'Ontario sur la COVID-19 demande au Manitoba de ne pas relâcher la vigilance .

Photo : Radio-Canada / Avec l'autorisation de Peter Jüni

Radio-Canada

Un épidémiologiste de l’Ontario croit que le Manitoba ne doit pas se résigner face à la progression de la COVID-19.

S'ils prétendent maintenant que nous ne pouvons rien faire, cela n'aidera pas notre cause , prévient le professeur de médecine et d'épidémiologie à l'Université de Toronto, Peter Jüni.

Récemment les autorités ont dit aux Manitobains qu'ils seront probablement exposés à la COVID-19 au cours des prochaines semaines.

Lors d’une conférence de presse mercredi, le médecin hygiéniste en chef adjoint du Manitoba, le Dr Jazz Atwal, a indiqué que la capacité de la province à contenir le virus est limitée

Selon Peter Jüni, les principaux responsables de la santé et le gouvernement du Manitoba semblent résignés à laisser le virus suivre son cours sans faire tout ce qui est possible pour ralentir sa propagation. Il croit que ce n’est pas la meilleure ligne de conduite. 

M. Jüni pense que la position du Manitoba laisse croire que la fin de la pandémie est arrivée et que l'entrée dans la phase endémique est proche.

Il indique que le Manitoba devrait arrêter de supposer que la phase endémique est arrivée.

Si c'était le cas, M.Jüni affirme que le système de soins de santé de la province ne serait pas dans l'état d'impuissance et de fatalisme dans lequel il se trouve.

Si quelqu'un suggère que [le Manitoba est] à un stade endémique, c'est un mensonge.

Actuellement, le nombre croissant de patients de la province atteints de COVID-19 dans les unités de soins intensifs l'inquiète également. Vendredi, ils étaient 45 sur un peu plus de 100 patients admis dans ces unités dont la capacité était de 72 lits avant la pandémie.

Si vous vous approchez, dans un avenir relativement proche, de 50 % de la capacité de vos unités de soins intensifs uniquement avec des patients atteints de la COVID-19, dans quelle mesure les personnes victimes d'une crise cardiaque pourront-elles être traitées dans vos unités de soins intensifs ?, s'interoge le Dr Jüni

Cela ne fonctionnera plus de cette façon.

Rattrapage possible pour le Manitoba

Mme Jüni estime toutefois qu'il n'est pas trop tard pour le Manitoba de se ressaisir. Il souligne notamment la nécessité pour tous les adultes admissibles au vaccin de recevoir leur troisième dose, de continuer à porter de bons masques et d'éviter les endroits bondés.

Nous sommes les maîtres de notre destin et nous devons simplement le faire ensemble. Cela inclut les élus. S'ils se contentent maintenant de prétendre que nous ne pouvons rien faire, cela n'aidera pas notre cause, insiste M. Jüni.

Avec les informations de Nathan Liewicki

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !