•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un père antivaccin se cache avec sa fille de sept ans pour éviter qu’elle soit vaccinée

Le père saskatchewanais Michael Jackson sur une photo en gros plan.

Michael Jackson se cache avec sa fille de sept ans depuis novembre, car il ne souhaite pas que la fillette soit vaccinée contre la COVID-19.

Photo : Mariecar Jackson

Radio-Canada

Un homme de Carievale, en Saskatchewan, se cache avec sa fille de sept ans depuis novembre pour éviter que celle-ci soit vaccinée contre la COVID-19.

Michael Gordon Jackson, âgé de 52 ans, un homme antivaccin, a souvent menacé d’arracher la fillette à sa mère pour toujours, selon son ancien ami, Kurt Jedel, un habitant de Carievale.

Il parlait toujours de se sauver avec elle. Il était presque obsédé par cette idée. Il avait toujours l'intention d'emmener sa fille ailleurs, a informé Kurt Jedel.

Il disait qu'il allait conduire jusqu'en Alaska puis prendre un bateau jusqu'en Russie. Il allait se teindre les cheveux, puis ils disparaîtraient. Si ça ne marchait pas, il disait qu'il irait dans la forêt et vivrait hors réseau.

Après plusieurs semaines d'attente, la police a finalement ouvert une enquête et lancé un appel au public.

Plusieurs personnes reprochent aux autorités de n’avoir pas lancé d'alerte Amber et d’avoir tardé à demander l’aide du public, mais la police répond qu’elle ne pouvait le faire que si la plaignante, en l’occurrence la mère de la fillette, se présentait avec des ordonnances judiciaires ou d'autres documents pertinents.

Jeudi soir, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a rencontré Mariecar Jackson, la mère de la fillette, pour lui faire part de la décision de lancer une enquête.

Un communiqué a été publié samedi pour demander au public de collaborer afin de retrouver l’homme et la fillette.

Michael Gordon Jackson est décrit comme un homme de 52 ans, pesant environ 250 livres, aux yeux bleus et aux cheveux brun foncé. Il porte généralement des lunettes. À ce qu'on sache, il ne possède pas de véhicule. Il réside dans la région de Carievale, en Saskatchewan, et pourrait avoir des liens avec les communautés de Dilke, Oxbow, Alameda et Regina, en Saskatchewan, et Lamont, en Alberta. Cependant, il peut se trouver dans d'autres communautés, indique le communiqué de la GRC.

Kurt Jedel, l’ancien ami de l’homme recherché, explique que leur amitié s’est terminée peu avant sa disparition.

Selon des informations de CBC, Michael Jackson, également connu sous les noms de Mike et Mikey, est aidé financièrement par au moins un associé, avec qui il s’est entretenu récemment.

Connu sous le nom de Greg Schietsel, cet homme a déclaré qu'il soutient Jackson et qu'il est heureux de l'aider.

Je crois dans ce que fait Mike. Il ne fait que protéger son enfant, a déclaré ce vendeur de pièces d'automobiles d'Alameda, en Saskatchewan.

Greg Schietsel a toutefois précisé qu'il n'avait aucune idée que Jackson allait partir avec sa fille.

Plusieurs ordonnances judiciaires, dont la plus récente a été émise le 5 janvier, révoquent tous les droits de garde de Jackson et exigent qu'elle soit rendue à sa mère à Regina.

La semaine dernière, depuis sa cachette, Michael Jackson est apparu à distance sur un talk-show en ligne au cours duquel il a répété un certain nombre de théories réfutées ou non fondées, notamment le fait que le vaccin allait rendre sa fille stérile, d'où sa tentative de la protéger contre cette éventualité.

Inquiétudes

En entrevue mardi à CBC, la mère de la jeune fille, Mariecar Jackson, une assistante éducative à Regina, s’est inquiétée de la situation de sa fillette, a adressé un message émouvant à sa fille et a plaidé pour son retour.

Maman t'aime beaucoup. Chaque jour, je prie pour qu'un jour tu sois à la maison. Je t'aime énormément, a-t-elle dit.

Mariecar Jackson a indiqué que ce qui compte pour elle, c’est que sa fille rentre à la maison saine et sauve. Elle a promis de mettre de côté la question de la vaccination pour le moment et de se concentrer sur le bien-être émotionnel et physique de sa fille.

À Carievale, un village de 200 habitants situé dans le sud-est de la Saskatchewan, les citoyens disent craindre chaque jour davantage pour la sécurité physique et émotionnelle de la jeune fille.

Avec les informations de Jason Warick

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.