•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les purificateurs d’air, un complément à la filtration de l’air dans une classe

Un purificateur d'air

L'Ontario a distribué 3000 purificateurs d'air à filtre HEPA de plus dans les salles de classe de la province pour la rentrée d'hiver.

Photo :  CBC

Radio-Canada

Les élèves des écoles primaires et secondaires du Québec et de l’Ontario devraient être de retour à l’école lundi, à moins que la tempête de neige attendue dans le sud de ces provinces ne retarde cette rentrée d’une journée. Le retour en classe fait craindre à de nombreux parents une recrudescence des éclosions de COVID-19, en pleine vague de contamination Omicron et, au Québec, sans la protection de purificateurs d'air.

Plusieurs critiquent le gouvernement Legault pour n’avoir installé que des lecteurs de CO2 dans les classes plutôt que des purificateurs d’air à filtre HEPA, comme l’a fait l’Ontario.

Mais des questions se posent toujours quant à l'efficacité des purificateurs d’air pour réduire la transmission de la COVID-19, certains allant jusqu’à dire qu’ils peuvent faire plus de mal que de bien s'ils sont mal installés. L'Agence de la santé publique du Canada elle-même affirme sur son site web que l'efficacité de la filtration de l'air pour réduire la transmission du COVID-19 n'a pas encore été démontrée.

Ceci est confirmé par Jeff Siegel, professeur de génie civil à l'Université de Toronto, qui étudie la filtration et la circulation de l'air. M. Siegel reconnaît que les données scientifiques sur la filtration du nouveau coronavirus dans l'air sont encore limitées.

Il pense cependant qu'en fonction de ce que l'on sait de la transmission du SRAS-CoV-2 par voie aérienne, les purificateurs d’air ne peuvent qu’être utiles.

« C’est une déduction. Nous savons qu'une partie du risque de transmission provient de particules respiratoires. Donc, un filtre qui élimine ces particules respiratoires réduit le risque. »

— Une citation de  Jeff Siegel, professeur de génie civil à l'Université de Toronto

Selon le spécialiste, des purificateurs d'air auraient dû être ajoutés dans les salles de classe dès 2020. Celui-ci considère d’ailleurs que la qualité de l'air dans les écoles en général est trop souvent négligée.

Krystal Pollitt, professeur adjoint d'épidémiologie à l'université de Yale, qui étudie la transmission par voie aérienne du nouveau coronavirus, avance elle aussi que les purificateurs d'air peuvent apporter un avantage.

Les filtres HEPA constituent un moyen très efficace d’assurer une meilleure filtration dans une salle de classe, juge-t-elle, à défaut d'être à l'extérieur ou d'avoir toutes les fenêtres ouvertes.

Cependant, l'ajout de purificateurs d'air dans les classes ne signifie pas que les autres mesures de prévention des infections recommandées par la santé publique deviennent obsolètes. En fait, M. Siegel affirme que le masque et la vaccination devraient être prioritaires, même en cas d'utilisation de filtres HEPA.

La taille du purificateur d'air est importante

L'efficacité des filtres HEPA dépend de divers facteurs, notamment de l'emplacement du purificateur d’air dans la salle de classe, de sa taille par rapport à la taille de la pièce, de la température de la pièce, ainsi que du système de ventilation centrale ou de l’ouverture des fenêtres.

Un petit filtre dans une grande salle de classe n'aura pas beaucoup d'impact sur la réduction de la transmission de la COVID-19, pense Jeff Siegel.

Selon lui, un système qui renouvelle l'air d'une pièce six fois par heure est idéal. Il préconise pour cela l'installation de deux systèmes de filtration par salle de classe.

D’après un texte de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !