•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possibles fermetures de classes à la dernière minute, préviennent des conseils scolaires

Un père portant un masque et ses deux jeunes enfants arrivent à l'école.

Les élèves ontariens retournent en classe en personne lundi.

Photo : Radio-Canada / Thalia D'Aragon-Giguère

Radio-Canada

Plusieurs conseils scolaires ontariens préviennent les parents que les cours pourraient être annulés sans préavis lorsque l'apprentissage en personne reprendra lundi dans les écoles. Ils disent se préparer à des pénuries de personnel causées par le variant Omicron, comme c’est le cas déjà dans d’autres secteurs d'activité.

Selon les conseils, de nombreux enseignants et autres travailleurs de l'éducation pourraient être envoyés en isolement à cause du virus.

Nous ferons tout notre possible pour garder les classes et les écoles ouvertes, mais si nous ne pouvons pas fonctionner en toute sécurité, une classe ou une école devra peut-être passer à l'apprentissage à distance jusqu'à ce que nous puissions nous organiser, a déclaré le Conseil scolaire du district d'Ottawa-Carleton (OCDSB) dans une lettre adressée aux parents.

Si cela se produit, nous ferons tout notre possible pour avertir les parents la veille.

Dans le Nord de l’Ontario, le conseil scolaire Rainbow a quant à lui annoncé aux parents que les cours pourraient être annulés le jour même s'il n'y a pas assez d'enseignants.

Plans d'urgence

Le Conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB) – le plus grand de la province – dit avoir plusieurs mesures en place pour éviter des fermetures, telles que l'ajout possible d'enseignants suppléants et le redéploiement du personnel central pour aider dans certaines écoles. La fermeture des classes et des écoles pourrait être un dernier recours, selon le conseil.

Il pourrait s’avérer nécessaire d’opter pour la stratégie soutenue par le ministère d'un jour par semaine d'apprentissage à distance, lors de laquelle les élèves ne fréquenteraient pas l'école en personne, écrit le TDSB dans une lettre aux parents.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

La présidente du conseil scolaire Lakehead, dans le Nord de la province, indique que, comme lors des jours de tempête de neige, son conseil partagera des informations sur les fermetures lorsque des écoles ou des classes doivent être fermées.

Ellen Chambers encourage les familles à garder un œil sur ces mises à jour. Vérifiez notre site Internet régulièrement pour vous assurer que la classe ou l'école est ouverte, dit-elle.

Mme Chambers note que, même si le conseil fera de son mieux pour informer les familles dès que possible, l’apparition de symptômes chez un enseignant, par exemple, pourrait changer le cours d’une journée et la situation devra être réexaminée.

Il y a beaucoup de choses qui échappent à notre contrôle, malheureusement.

Pour tenter d’atténuer les problèmes d'absentéisme, la province a raccourci de 10 à 5 jours le temps d'isolement requis pour les personnes atteintes de COVID-19 qui sont vaccinées, si leurs symptômes se sont dissipés. Elle permet également aux enseignants retraités de travailler jusqu'à 95 jours par an sans pénalité financière, contre 50 auparavant.

Des pénuries à plusieurs niveaux

Ann Pace, membre de l’Ontario Principals' Council, dit que la préoccupation principale est de savoir si l'ensemble du système scolaire disposera des effectifs nécessaires pour fonctionner. Cela implique d'avoir suffisamment d'enseignants, de chauffeurs d'autobus scolaires, d'aides-enseignants, d'éducateurs de la petite enfance et de gardiens, notamment.

Mme Pace, qui est la directrice d’une école de Thornhill, souligne que la situation est imprévisible. Elle ajoute que le personnel scolaire fait de son mieux pour assurer une transition tout en douceur vers l'apprentissage en personne.

Nous pensons qu'avec les bonnes précautions en place et avec tout le soutien que nous pouvons obtenir du public et du gouvernement, nous pouvons continuer à offrir une éducation de qualité, affirme-t-elle.

Mais nous voulons que les parents soient conscients du fait que les deux prochaines semaines en particulier ne ressembleront pas du tout à ce que nous avons connu à l’automne.

Brenda Agnew, représentante au conseil scolaire catholique de Halton, abonde dans le même sens. Notre personnel [fait] tout ce qu'il faut, et travaille probablement doublement pour s'assurer que nous sommes prêts du mieux que nous pouvons pour lundi.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !