•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éruption et tsunami : la menace terminée, dégâts importants aux Tonga

Un nuage de cendres propulsé par une éruption volcanique capturé en image par un satellite.

La menace de tsunami est levée, mais des pays sur les côtes des Amériques en plus de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande étaient sur le qui-vive.

Photo : via reuters / CIRA/NOAA

Radio-Canada

Le tsunami déclenché par la spectaculaire éruption d’un volcan aux îles Tonga a provoqué des dégâts « importants » à Nuku’alofa, la capitale de l’archipel des Tonga, a affirmé dimanche la première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, mais la menace a été déclarée terminée.

Le Centre d’alerte aux tsunamis pour le Pacifique a précisé vers 22 h que la menace de raz-de-marée était globalement passée pour les pays riverains de l’océan, même si de légères variations du niveau de la mer restent possibles pendant quelques heures.

Le tsunami a eu un impact important sur le littoral nord de Nuku’alofa, avec des bateaux et de gros rochers rejetés sur le rivage, mais aucune victime n’a été signalée, a déclaré Mme Ardern, sans préciser s’il y avait eu des dommages dans les autres îles de l’archipel.

La Nouvelle-Zélande va envoyer un avion militaire de reconnaissance pour survoler la région lundi si le nuage de cendres volcaniques le permet.

Les communications avec les Tonga sont coupées depuis que l’éruption de samedi a endommagé un câble sous-marin, mais Mme Ardern a déclaré que son gouvernement avait pris contact avec le Haut-Commissariat de la Nouvelle-Zélande dans la capitale.

Jacinda Ardern en conférence de presse.

La première ministre de la Nouvelle Zélande, Jacinda Ardern

Photo : Getty Images / Hagen Hopkins

Mme Ardern a déclaré qu’il n’y avait aucune éruption importante en cours et que les cendres avaient cessé de tomber, mais qu’une nouvelle activité volcanique ne pouvait être exclue.

Profondément inquiet pour les habitants des Tonga, qui se remettent des conséquences d’une éruption volcanique et d’un tsunami, a tweeté le secrétaire d’État américain Antony Blinken, ajoutant que les États-Unis sont prêts à envoyer de l’aide à nos voisins du Pacifique.

Des vues saisissantes prises de l’espace ont montré le moment de l’éruption vendredi du Hunga Tonga-Hunga Ha'apai, sur une des îles inhabitées des Tonga : un énorme champignon de fumée et de cendres, et une vague immédiatement déclenchée.

L’éruption a déclenché des tsunamis dans le Pacifique, avec des vagues de 1,74 mètre mesurées à Chanaral, au Chili, à plus de 10 000 kilomètres de là, et des vagues plus petites observées le long de la côte Pacifique, de l’Alaska au Mexique. Des vagues d’environ 1,2 mètre ont frappé la côte Pacifique du Japon. Elle s’est même fait entendre au Yukon en plus de mettre sur le qui-vive les résidents des côtes britanno-colombiennes.

Au Pérou, où des vagues anormales ont été observées, selon la Défense civile, la police a indiqué avoir secouru 23 personnes sur la côte, sans préciser dans quelles circonstances.

L’Institut géologique américain a enregistré l’éruption de samedi comme équivalente à un tremblement de terre de magnitude 5,8 à une profondeur nulle.

L’éruption a duré huit minutes et a envoyé des panaches de gaz, de cendres et de fumée à plusieurs kilomètres dans les airs.

Le scientifique néo-zélandais Marco Brenna, maître de conférences à l’école de géologie de l’université d’Otago, a qualifié l’impact de l’éruption de relativement faible, mais a déclaré qu’une autre éruption ayant un impact beaucoup plus important ne pouvait être exclue.

L’éruption était si puissante qu’elle a même été entendue en Alaska, a tweeté l’Institut de géophysique de l’Université d’Alaska à Fairbanks.

La station météorologique de Fife, en Écosse, a déclaré sur Twitter qu’il était tout simplement incroyable de penser à la puissance qui peut envoyer une onde de choc dans le monde entier, après que l’éruption eut provoqué un saut dans son graphique de pression atmosphérique.

Le volcan sous-marin Hunga-Tonga-Hunga-Ha’apai, situé à environ 65 kilomètres de la capitale tongienne Nuku’alofa, avait émergé lors d’une éruption en 2009, et avait craché tant de gros rochers et de cendres dans l’air en 2015 qu’une nouvelle île de deux kilomètres de long sur un kilomètre de large et 100 mètres de haut s’est formée lorsqu’ils se sont déposés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !