•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nom des petites victimes de l’incendie de Sandy Lake rendu public

Une carte qui indique l'emplacement du village de la Première Nation de Sandy Lake dans le Grand Nord de l'Ontario, près de la frontière manitobaine.

La Première Nation de Sandy Lake vit dans le Grand Nord de l'Ontario, près de la frontière manitobaine.

Photo : Google Maps

Radio-Canada

La chef de la Première Nation de Sandy Lake a dévoilé le nom des trois enfants qui ont perdu la vie jeudi lorsque le feu a détruit leur maison, dans la petite communauté autochtone du Nord-Ouest de l’Ontario.

Il s'agit de Wilfred Meekis, 2 ans, Remi Meekis, 4 ans, et Grant Meekis, dont c’était le 9e anniversaire le jour du drame.

Les parents Delaney et Cassandra Meekis, de même que trois de leurs enfants âgés de 12 ans, 10 ans et environ 10 mois, ont survécu.

La famille a tout perdu dans l'incendie. Une collecte de fonds est organisée pour lui venir en aide.

La chef Delores Kakegamic a déploré le fait que le manque d’équipement et de conduites d’eau adéquats a nui aux efforts des pompiers.

Les volontaires ont fait ce qu’ils ont pu avec ce qu’ils avaient, a-t-elle déclaré. Nous devrions avoir le même niveau de soutien que qui que ce soit au Canada. Des vies sont en jeu.

Le conseil des chefs Mattawa, qui regroupe les chefs de neuf Premières Nations du Nord de l’Ontario, a exprimé ses condoléances à la famille et aux membres de la Première Nation de Sandy Lake.

Le risque de mourir dans l’incendie d’une maison est 10 fois plus élevé pour les Autochtones que pour le reste de Canadiens, ont aussi rappelé les chefs. Cette statistique est tout à fait inacceptable.

Le conseil des chefs Mattawa reproche aux gouvernements de tarder à mettre en place les mesures proposées pour améliorer les services d’urgence et d’incendie.

Le Bureau du commissaire des incendies et le Service de police Nishnawbe Aski enquêtent sur l'incendie.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !