•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dernière ronde de consultation sur la lutte contre le racisme à Ottawa

Deux personnes tiennent des pancartes devant le parlement à Ottawa.

La Ville d'Ottawa lancera sa stratégie de lutte contre le racisme au courant de l'année 2022 (archives).

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

La Ville d’Ottawa a entamé, samedi, sa 3e et ultime ronde de consultation pour l’aider à ficeler sa stratégie de lutte contre le racisme qui sera lancée cette année.

Cette nouvelle étape amorcée est présentée par la Municipalité comme une occasion de revenir sur le rapport présenté, à la fin de 2021,par le Secrétariat de la lutte contre le racisme.

Nous voulons vraiment savoir [si] nous avons bien capté [et] bien entendu ce que les gens ont voulu nous communiquer lors des deux premières phases de consultation, résume Jephtée Elysée, gestionnaire au Service de l’équité des genres et des races, de l’inclusion, des relations avec les Autochtones et du développement social.

Déjà, des leaders de la communauté noire d’Ottawa estiment que le rapport récemment paru ne porte pas d’attention particulière aux manifestations du racisme qui les concernent spécifiquement.

« L’enjeu principal qui nous concerne, le racisme anti-noir, est une fois de plus dilué. »

— Une citation de  César Ndéma-Moussa, président de Racines et cultures Canada
Un homme portant des lunettes de soleil et un béret derrière un micro

César Ndéma-Moussa, président de Racines et cultures Canada

Photo : Radio-Canada / André Dalencour

C’est un gros [...] danger d’échec du secrétariat, dès le départ, dit César Ndéma-Moussa, président de Racines et cultures Canada.

Robin Browne, co-dirigeant de 613-819Black Hub, en arrive au même constat. Pour répondre à un problème, il faut le nommer. Nous voulons certainement voir une mention explicite du racisme anti-noir, soutient-il.

M. Ndéma-Moussa avance que la Ville a, en incluant le racisme que vivent plusieurs communautés différentes, omis de se pencher particulièrement sur le racisme anti-noir.

Chaque fois qu’on lance une initiative pour contrer le racisme anti-noir, on finit toujours par diluer l’initiative pour inclure tout le monde: son oncle, son chien et son perroquet. C’est  toujours le cas, déplore, de son côté, Godlove Ngwafusi, porte-parole de l'Association des Afro-Canadiens d’Ottawa.

Tous saluent le fait que le rapport consacre une section sur les réalités vécues par des Autochtones. Ils aimeraient que la même attention soit portée au racisme anti-noir.

Par ailleurs, Robin Browne note que la Ville ne s’est pas attardée aux questions qui touchent la police d’Ottawa. J’ai posé des questions à ce sujet et ils ont dit que c’est parce que la police est [une entité] séparée [...]. Notre réponse est que nous comprenons que la Ville ne peut pas diriger le service de police en termes de politique antiraciste, mais la Ville a le contrôle sur combien [d’argent] représente la police dans les opérations de la Ville.

Quoi qu’il en soit, la plupart des intervenants qui se sont entretenus avec Radio-Canada Ottawa-Gatineau estiment que l’exercice mené par la Ville est une bonne initiative et qu’il n’est pas trop tard pour corriger l’approche, comme souhaité.

Avec les informations de Nafi Alibert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !