•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des transporteurs manitobains anticipent l’impact des nouvelles exigences frontalières

Un camion circule sur une route enneigée.

Au Canada, de 10 à 15 % des camionneurs ne sont pas vaccinés, selon l'Association du camionnage du Manitoba. (archives)

Photo : Radio-Canada

Les transporteurs manitobains visés par l’obligation de vaccination de leurs camionneurs à la frontière canado-américaine anticipent un ralentissement dans la chaîne d'approvisionnement des Canadiens.

L’obligation vaccinale pèse lourd, selon ces entreprises, alors qu’elles sont déjà aux prises avec un manque de main-d'œuvre.

Le gouvernement fédéral a rendu la vaccination obligatoire aux camionneurs traversant la frontière, depuis samedi.

Le président de Bison Transport, Robert Penner a indiqué par courriel avoir perdu 10 % de ses employés depuis l’annonce du fédéral. La plupart de ses employés non vaccinés ont quitté par eux-mêmes leur poste, explique-t-il.

Cela s’ajoute aux coûts substantiels d’opération. Nous avons des camions inutilisés pour lesquels il faut continuer de payer, à défaut d’avoir des chauffeurs. Nous avons aussi dû augmenter les salaires des camionneurs afin de les inciter à aller se faire vacciner et les empêcher de nous quitter pour d’autres.

Le directeur général par intérim de l’Association de camionnage du Manitoba, Aaron Dolyniuk estime que de 10 à 15 % des camionneurs ne sont pas vaccinés au Canada.

Hausse probable des prix à la consommation

Selon M. Dolyniuk, la nouvelle mesure aura un impact sur les frais de livraison.

S’il n’y a pas assez de camions et que la demande reste la même, les frais de livraison augmenteront probablement, explique-t-il.

Les prix à la consommation pourraient également augmenter, selon le directeur général de l’Institut manitobain de l'organisme Chaîne d'approvisionnement Canada, Rick Reid.

L’épicerie et les médicaments coûteront possiblement plus cher, selon lui.

Une annonce prévisible, mais critiquée

Je ne suis pas surpris. Le gouvernement fédéral essaie de reprendre le contrôle sur la pandémie. Je suis toutefois un peu mélangé, parce que je ne suis pas certain que les camionneurs sont des vecteurs de transmission du virus, selon Rick Reid.

De nombreux protocoles de livraison sans contact ont été établis par les compagnies de transport, explique-t-il.

Aaron Dolyniuk est également d’avis que l’annonce était attendue depuis un certain temps déjà. Il déplore toutefois le manque de planification stratégique du fédéral.

Nous aurions dû avoir une stratégie pour ne pas impacter la chaîne d’approvisionnement. Beaucoup d’entreprises manitobaines livrent des produits partout en Amérique du Nord et dans le monde. Cela aura certainement un impact sur ces dernières.

Avec des informations de Rachel Bergen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !