•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme de Saskatoon au cœur d’une énergie propre en pleine croissance aux États-Unis

Vue aérienne de l'usine de Monolith Materials au Nebraska.

L'usine de Monolith Materials au Nebraska.

Photo : Monolith Materials

Radio-Canada

Rob Hanson est le cofondateur de Monolith Materials, une entreprise d’énergie propre située aux États-Unis qui vient de signer un contrat avec Goodyear et d'obtenir un important prêt du gouvernement américain.

Né à Saskatoon où il a grandi, Rob Hanson dirige maintenant cette entreprise qui a développé un procédé sans carbone entrant dans la fabrication d’engrais et de pneus.

Cette technologie suscite l’intérêt du gouvernement américain et lui a valu une entente avec la société Goodyear Tire & Rubber, afin de contribuer une composante verte dans la fabrication des pneus.

Monolith a aussi obtenu un prêt conditionnel de 1,04 milliard de dollars du département américain de l'Énergie pour l’expansion de ses usines dans ce pays.

Dans une entrevue à CBC, Rob Hanson a expliqué comment la technologie de Monolith utilise la pyrolyse du méthane (l’hydrogène du méthane est séparé du carbone solide) pour fabriquer de l’ammoniac et du noir de carbone.

Cette technologie qui convertit le gaz en deux composants ne génère presque aucune émission locale, indique Monolith dans un communiqué de presse.

Rob Hanson explique que l’ammoniac est la mère de tous les fertilisants et que l’entreprise en fabrique pour les fermiers de la région.

Mais c’est le noir de carbone qui a valu à Monolith son entente avec Goodyear, une entente qui l’aidera à atteindre son objectif d’utiliser davantage de matériaux durables, selon Rob Hanson.

Diviser le méthane de cette façon permet de créer de l’hydrogène sans créer de CO2, mentionne-t-il, en ajoutant que de rendre le carbone solide permet aussi d’éviter qu’il entre dans l’atmosphère.

Si vous vous y prenez de la bonne façon, vous obtenez ce qu’on appelle du noir de carbone, dit-il.

Le noir de carbone entre dans la composition du tiers des pneus dans le monde, selon Rob Hanson, et c’est un élément clé pour augmenter leur durée de vie. Un pneu est en général composé de 15 à 20 % de noir de carbone.

Mais le noir de carbone employé le plus souvent dans la fabrication des pneus est produit en brûlant de l’huile décantée ou du goudron de houille.

La méthode de production de Monolith est plus propre, selon la compagnie. Elle fait en sorte que pour chaque tonne de noir de carbone produit, 2,3 tonnes de CO2 n’iront pas dans l’atmosphère, comparée aux résultats des méthodes conventionnelles.

En 2020, Monolith a terminé la construction d’une usine à Hallam, au Nebraska. Elle travaille à un projet d'expansion qui doit être complété en 2025. Elle produira alors 194 000 tonnes de noir de carbone propre par année, ainsi que 275 000 tonnes d’ammoniac propre.

L’aide obtenue du gouvernement américain dans le cadre d’un programme de prêts pour l’innovation énergétique l’aide à financer cette expansion.

Dans un communiqué de presse, la secrétaire d’État à l’Énergie, Jennifer Granholm, a déclaré que les technologies propres comme celle de Monolith sont non seulement durables, mais appuient aussi la croissance économique et offrent aux Américains des emplois dans l’énergie propre.

Bon Hanson indique que Monolith prévoit ajouter 12 unités de plus à son usine dans le Nebraska. Il estime que cela créera 260 emplois de plus que les 200 postes existants.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !