•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Escouade itinérance lance une campagne de financement pour réparer son véhicule en panne

Le couple en entrevue.

Le couple Martin Fiset et Karine Trahan forment l'Escouade itinérance depuis 2018.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Le couple qui forme l’Escouade itinérance depuis 2018 dans la région doit modifier le trajet de sa tournée habituelle pour aider les personnes en situation d’itinérance. Le moteur du véhicule utilitaire sport de Karine Trahan et de Martin Fiset, a rendu l’âme. Ils ont lancé une campagne de financement en ligne pour le réparer.

Dans l’attente de réparer le véhicule, ils utilisent une voiture qui n’offre tout de même pas le même espace pour le stockage de denrées et de vêtements.

Sans véhicule, sans camion, ce n’est pas pareil. On peut traîner moins de vêtements, de bottes et de sacs de couchage. Avec une plus petite voiture en ce moment, c’est plus difficile, constate la cofondatrice de l’escouade Karine Trahan.

Le couple sillonne habituellement les rues de Trois-Rivières et de la MRC de Maskinongé toutes les fins de semaine pour offrir des repas et des soins de base aux personnes itinérantes. Karine Trahan et Martin Fiset agissent avec leurs propres moyens et de façon bénévole.

Au fil des ans, ils ont développé une relation privilégiée avec des dizaines de personnes sans abri. Ils sont complémentaires aux services des autres organismes du milieu, qui ne peuvent pas toujours combler les besoins.

Le bris du moteur de leur véhicule survient cependant à un bien mauvais moment vu les grands froids qui balaient la région. Le conjoint de Karine, Martin Fiset, ajoute que c’est une période difficile pour les personnes en situation d’itinérance. Ce dernier assure toutefois que l’escouade se déplace avec le plus petit véhicule pour répondre à des appels d’aide.

Si on n’est pas déjà sur le terrain, on revient, on va se déplacer, on va revenir pour s’assurer que la personne ne manque de rien, soutient-il.

Les températures extrêmes sèment aussi l’inquiétude pour le couple, qui connaît bien sa communauté.

Une nuit, j’ai eu de la difficulté à dormir, Martin aussi, parce que là, il faisait très froid. On n’avait pas notre camion. Il y en a qui sont cachés à des endroits où nous sommes pratiquement les seuls à le savoir. On commence à avoir peur que quelqu’un meurt gelé ou quelque chose comme ça, confie-t-elle. 

L’objectif de la campagne de financement sur le site GoFundMe est de 4000 $. Au moment de publier ces lignes, le couple avait amassé un peu plus de 2000 $.

Avec les informations de Raphaëlle Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !