•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réservez votre chalet au Bas-Saint-Laurent... pour 2023

Le chalet du Nordet de l'entreprise Vieux Loup de mer.

Le chalet du Nordet est une maison de bois des années 1870 récupérée dans un village avoisinant.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

L’engouement pour la location de chalets dans les grands espaces québécois ne se dément pas depuis le début de la pandémie, si bien que l'offre peine à répondre à la demande. Au Bas-Saint-Laurent, la hausse des prix de location de chalets serait d'ailleurs la plus marquée au Québec.

La région a connu une hausse de 32 % des prix de location de chalets depuis 2016, selon une étude de RSVPchalets, qui s’est intéressée à la fluctuation de ces prix au cours des 15 dernières années.

Louer un chalet au Bas-Saint-Laurent en 2021 coûtait en moyenne 1450 $ par semaine durant la haute saison, tandis que les prix tournaient autour de 1100 $ par semaine en 2016.

Le Domaine Floravie au Bas-Saint-Laurent.

Les entreprises de location de chalets observent également une hausse du taux de réservation de chalets à louer durant la période hivernale.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Cette envolée des prix s’explique non seulement par l’augmentation du coût de la main-d’œuvre mais aussi par la forte demande dans un contexte où les offres sur le marché locatif sont en baisse depuis deux ans.

Ça s’est combiné à un exode de certains résidents vers ces régions où beaucoup de chalets ou de résidences secondaires étaient disponibles mais qui, tout d'un coup ou tranquillement pas vite, sur une période d'un an ou deux, ont été repris, soit par les propriétaires, soit par les nouveaux occupants. […] Ç'a diminué encore plus l'offre qui était sur le marché, explique Thomas Asselin, PDG de RSVPchalets.

Il faut dire que le Bas-Saint-Laurent avait un peu de rattrapage à faire, selon M. Asselin. Dans les Laurentides, illustre-t-il, les prix de location n'ont que très peu varié au cours des dernières années puisque cette région était déjà très populaire et donc assez onéreuse.

Le chalet d'accueil du Vieux Loup de mer.

Au-delà de la forte demande, la hausse des prix est aussi causée par l'augmentation des coûts fixes, notamment les assurances et les frais de ménage, indiquent des propriétaires de chalets à louer.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Le taux d'occupation des chalets à louer au Bas-Saint-Laurent a frôlé les 100 % en 2021 au Domaine Floravie et au Vieux Loup de mer, deux entreprises situées près du parc du Bic. Elles ont récemment retravaillé leur image de marque et ont connu beaucoup de succès par le truchement des médias sociaux.

Il est maintenant recommandé d'y réserver un séjour de 8 à 14 mois d'avance. Comme l'été 2022 est déjà presque entièrement complet, les clients attendent avec impatience l'ouverture du calendrier de réservation de l'été 2023.

Les gens qui arrivaient chez nous nous disaient : "Vous êtes notre plan B pour les vacances, parce qu’habituellement, on va en Europe, on va aux États-Unis, partout ailleurs que le Québec, pour les vacances d'été." On disait : "OK, on ne le prend pas personnel", mais ça nous donne une super bonne occasion, en fait, raconte Martin Gagnon, copropriétaire du Vieux Loup de mer.

« Ce qui est agréable dans cette situation-là, c'est que pour tous ceux qui nous considéraient comme un plan B, l'année suivante, on est devenus leur plan A. »

— Une citation de  Martin Gagnon, copropriétaire du Vieux Loup de mer
Donald Lebel.

Donald Lebel est le propriétaire du Domaine Floravie, dans le secteur de Rivière-Hâtée, à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Shanelle Guérin

Les entreprises de location de chalets estiment que cette tendance va perdurer au Québec même après la pandémie. Certains voyageurs québécois seront remplacés par des Américains, des Européens ou des Canadiens à la recherche de grands espaces ou désireux de fuir les canicules de Montréal.

« Plusieurs personnes qui sont tannées des canicules, de la grosse chaleur l'été, viennent ici et elles ont de l'air. »

— Une citation de  Donald Lebel, propriétaire du Domaine Floravie

On n'a pas d'air climatisé dans nos chalets et ils sont bien. Donc je pense que ça va être de mieux en mieux au Bas-Saint Laurent, en Gaspésie et sur la Côte-Nord, prévoit Donald Lebel, du Domaine Floravie.

Les entreprises de location de chalets observent également une hausse du taux de réservation de chalets à louer durant la période hivernale en raison de la popularité des activités sportives comme le vélo à pneus surdimensionnés et la randonnée alpine.

D’après le reportage de Shanelle Guérin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !