•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ambulanciers pourront offrir des soins « avancés » à la population en Estrie

Deux ambulanciers devant leur véhicule.

Cinq ambulanciers en soins avancés arpentent maintenant le territoire de l'Estrie à bord d'un véhicule d'intervention rapide.

Photo : CTAE

Radio-Canada

En Estrie, certains techniciens ambulanciers peuvent désormais prodiguer des soins « avancés » à la population.

Il s'agit d'une initiative d'avant-garde, selon la Coopérative de travailleurs d'ambulance de l'Estrie, qui a mené ce projet à terme en collaboration avec le CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Le chef d'équipe des ambulanciers en soins avancés Nicolas Taschereau explique que les techniciens interviennent dans plusieurs contextes et permettent une prise en charge beaucoup plus pointue et autonome de conditions cliniques urgentes.

En Estrie, cette coopérative compte cinq ambulanciers en soins avancés sur 174 employés. Ces travailleurs bénéficient d'une formation supplémentaire de deux ans en soins préhospitaliers d'urgence avancés, offerte notamment à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal.

Intervention complémentaire

Sur le terrain, ces ambulanciers se déplacent dans un véhicule différent, voué exclusivement aux interventions rapides. Ils vont souvent intervenir conjointement avec les équipes. Si la situation est suffisamment urgente ou critique, les paramédicaux en soins avancés vont se présenter sur les lieux d'emblée ou à la demande des paramédicaux sur place, décrit Nicolas Taschereau.

En suivant des protocoles établis avec une équipe médicale, ils peuvent notamment administrer des médicaments par intraveineuse et prodiguer des soins cardiorespiratoires plus poussés. Ils ont aussi accès à du soutien médical téléphonique pour élargir encore davantage leur champ d'action lorsque la situation le requiert.

Par ailleurs, leurs compétences peuvent aussi être mises à profit lors du transfert de patients entre deux établissements.

« Dans certaines conditions, l'ambulancier paramédical en soins avancés peut remplacer l'infirmière qui monterait normalement à bord de l'ambulance. »

— Une citation de  Nicolas Taschereau, chef d'équipe des ambulanciers en soins avancés

Les ambulanciers en soins avancés peuvent aussi intervenir pour faire transférer des cas moins urgents vers d'autres services de première ligne disponibles dans la région. Ça se fait en collaboration avec des infirmières qui sont dans une centrale téléphonique et il y a une coévaluation qui est effectuée, décrit Nicolas Taschereau.

Déployés lors de la fermeture de l'urgence de Coaticook

Selon Nicolas Taschereau, c'est la fermeture de l'urgence de Coaticook qui a accéléré le déploiement de ce service dans la région. On a été en mesure de déployer le service rapidement quand le besoin s'est fait sentir et l'expérience de Coaticook a permis de confirmer la pertinence du déploiement de soins avancés à l'ensemble de la région, souligne-t-il.

Le service est offert selon le même horaire que celui des infirmières qui appuient l'équipe entre 8 h et 19 15, mais il pourrait éventuellement être appelé à s'étendre le soir et la nuit.

Environ cinq ambulanciers supplémentaires pourraient s'ajouter à l'équipe au cours de la prochaine année, mais Nicolas Taschereau estime que ce nombre pourrait bientôt être encore plus élevé.

On anticipe qu'avec le déploiement, ça intéressera davantage d'ambulanciers paramédicaux d'aller s'impliquer, parce que c'est une formation qui est assez exigeante. On est confiants pour la relève dans l'équipe, conclut-il.

Avec les informations de Magali Paquette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !