•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux maisons de disques québécoises se mettent au vert

Cœur de pirate sur le plateau des Enfants de le télé

Cœur de pirate est la directrice de la maison de disques Bravo Musique, qui s'est récemment associée à l'organisme écologiste Artistes citoyens en tournée.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il y a environ six ans, après un spectacle qu’elle venait de donner, Laurence Lafond-Beaulne a été saisie d’effroi en constatant l’amas de détritus et de bouteilles d’eau en plastique qui jonchaient le parterre de la salle à la suite du départ du public. La chanteuse et musicienne du duo électropop Milk & Bone a décidé à ce moment que l’indignation ne suffisait pas, et qu’elle devait passer à l’action.

En 2017, elle a lancé l’organisme Artistes citoyens en tournée (ACT), qui avait dans un premier temps comme objectif d’offrir des recommandations à des artistes qui désiraient diminuer leur empreinte écologique. On encourage ainsi ces artistes à consulter le Guide ACT (Nouvelle fenêtre), qui offre une foule de conseils verts à mettre en œuvre lors de tournées ou de spectacles.

Une femme portant une tuque et un casque d'écoute regarde le ciel sur un flanc de colline boisé.

Laurence Lafond-Beaulne

Photo : Audible

Pour son projet, Laurence Lafond-Beaulne s’est associée à Caroline Voyer, directrice générale du Réseau des femmes en environnement, et Aurore Courtieux-Boinot, qui se décrit comme une artisane de la transition écologique.

Depuis sa fondation, ACT compte une cinquantaine d’artistes du Québec dans ses rangs, dont Charlotte Cardin, Klô Pelgag, Ariane Moffatt, Koriass et Les sœurs Boulay. Des diffuseurs de spectacles comme MUTEK et le Petit Théâtre de Québec se sont également joints au mouvement.

Plus récemment, Bravo Musique est devenue la première maison de disques québécoise à adhérer à la vague verte. L’étiquette anciennement nommée Dare to Care, qui a été rachetée et rebaptisée l’an dernier par Cœur de pirate, a reçu l’aval de cette dernière pour se conformer à la mission d’ACT.

Ce nouveau partenariat change la donne, affirme Caroline Voyer. Avant, on s’adressait à un artiste à la fois, mais c’était quand même une démarche assez longue. Par contre, quand on passe à travers une étiquette de disques, c’est beaucoup plus rapide.

Une femme portant des lunettes sourit dans une pièce parsemée de plantes vertes.

Caroline Voyer

Photo : Radio-Canada / Janic Tremblay

Concrètement parlant, l’implication dans un tel processus par une maison de disques permet de centraliser les efforts. La boîte peut par exemple demander à la totalité de ses artistes d’adapter leurs fiches de demandes techniques à des considérations environnementales.

Une fiche technique, ou rider dans le jargon de l’industrie, est un document qui permet aux artistes ou groupes de musique de communiquer leurs besoins aux exploitants de salles et aux responsables de tournées – que ce soit la température sur scène, les modalités d’hébergement, les moyens de transport ou le type de repas fournis.

L’initiative de Bravo Musique a d’ailleurs été imitée par une autre compagnie de musique québécoise, Bonsound, qui gère notamment Les Louanges, Lisa LeBlanc et Safia Nolin.

Reboisement et crédits carbone

Marilou Beauchamp-Lalonde, productrice déléguée pour Bravo Musique, explique que la quasi-totalité [des artistes de la boîte] compensent leurs tournées en crédits carbone qui sont versés à Artistes pour le climat. Cet organisme, qui a été fondé en 2019 par Les Cowboys Fringants, recueille 1 dollar pour chaque billet de spectacle vendu. Les sommes amassées servent à planter des arbres partout sur le territoire du Québec.

Cette semaine, je faisais les calculs de crédits carbone et j'étais contente d’écrire à tel artiste, "Allô, ta tournée a généré tant de tonnes de CO2, ce qui équivaut à tant d’arbres à replanter." L’artiste met un montant, nous on met un montant, et les artistes sont contents de voir que quelque chose est fait, ajoute Marilou Beauchamp-Lalonde.

Ce texte a été écrit à partir d'un segment de l’émission On dira ce qu'on voudra. Les propos ont été édités à des fins de clarté et de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !