•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cyberattaque de décembre continue de peser sur les magasins d’alcool en Saskatchewan

Des bouteilles de vin.

Le gérant du magasin Willow Park Wines & Spirits espère pouvoir recommencer à passer des commandes cette semaine. (archives)

Photo : getty images/istockphoto / VadimZakirov

Radio-Canada

Trois semaines après une cyberattaque visant la Régie des alcools et des jeux de hasard de la Saskatchewan (SLGA), les services en ligne et la chaîne d’approvisionnement de la SLGA ne sont toujours pas revenus à la normale et les magasins d’alcool doivent fonctionner avec des inventaires limités.

La SLGA, qui gère environ 35 magasins d’alcool situés dans 24 communautés, ne s'est pas encore tout à fait remise de la cyberattaque subie le jour de Noël.

Son site Internet était hors service vendredi, presque trois semaines après cette attaque, et la Régie n’était pas en mesure de commenter la situation. Un porte-parole du gouvernement a indiqué dans un courriel qu’un communiqué comportant plus d'informations sera publié lundi.

La cyberattaque a été rendue publique le 28 décembre, dans un communiqué annonçant la tenue d’une enquête sur l’incident. L’étendue des dommages n’était pas indiquée.

Selon le communiqué, le site web serait remis en service une fois l’incident réglé. Cette semaine, les magasins d’alcool n’étaient toujours pas en mesure de passer leurs commandes convenablement et leur inventaire était limité.

La boutique Willow Park Wines & Spirits figure parmi les magasins d’alcool qui doivent gérer des stocks appauvris depuis la cyberattaque.

On est simplement incapable d’obtenir des produits et nos clients ne sont pas très heureux de ça, raconte le gérant de la boutique, Derek Brack.

Comme d’autres détaillants, Willow Park Wines & Spirits a dû limiter ses commandes aux 50 produits les plus populaires de la SLGA, tels que les whiskys canadiens Crown Royal et Wiser's ou encore les vins de la marque Apothic Red.

Selon Derek Brack, les ventes sont en baisse depuis le mois de décembre, mais c’est une situation qui n’est pas anormale en janvier et en février.

Je ne crois pas que la situation nous fasse aussi mal que certains autres détaillants, mais ça a tout de même un effet, dit-il. Des gens entrent dans le magasin et en ressortent les mains vides parce qu’ils cherchent quelque chose que nous n’avons pas et que nous ne pouvons pas commander.

Le gérant pense que la Régie sera en mesure de reprendre ses activités la semaine prochaine, et qu’il pourra passer des commandes et réapprovisionner sa boutique.

Il ne blâme pas la SLGA pour la situation actuelle. Ce n’est la faute de personne, sauf de celui qui a piraté le système, dit-il. Ce sont des choses qui arrivent.

Les producteurs locaux disent ne pas être trop touchés par cette interruption des services en ligne de la Régie, selon le responsable de la brasserie Rebellion Brewing Company à Regina, Mark Heise.

Même si la situation présente des défis pour respecter les commandes, les producteurs peuvent toujours acheminer leurs produits aux distributeurs, y compris les magasins d’alcool de la SLGA, dit-il.

La plupart d’entre nous vendent directement aux détaillants et nous n’avons pas nécessairement besoin de passer par la Régie pour ça, explique Mark Heise. On a dû déterrer le bottin téléphonique et appeler directement les clients, et trouver comment leur envoyer les factures et leur livrer la bière.

S’il reste préoccupé par la possibilité que des données reliées à son entreprise aient pu être volées lors de la cyberattaque, Mark Heise, qui a rencontré des représentants de la Régie la semaine dernière, dit ne pas avoir abordé la cyberattaque dans ses discussions. Laissons les gens de l’informatique faire leur travail, dit-il, et quand ce sera réparé, ce sera réparé.

Plusieurs sites de gouvernements ont été la cible de cyberattaques en décembre, notamment ceux de Terre-Neuve-et-Labrador et de l’Ontario. Le Québec avait fermé près de 4000 sites Internet gouvernementaux à titre de mesure préventive.

L’Agence du revenu du Canada avait également suspendu l’accès à ses services en ligne pendant un week-end à la mi-décembre, en raison d’une vulnérabilité informatique.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !