•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Journée de l’excellence noire soulignée pour la première fois en C.-B.

La Journée du chandail noir a été soulignée le 15 janvier 2021 à l'école secondaire Eric Hamber de Vancouver

Des élèves de l'école secondaire Eric Hamber à Vancouver portaient des chandails noirs le 15 janvier 2021 (archives).

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms/CBC

Radio-Canada

En ce 15 janvier, la Colombie-Britannique souligne pour la première fois la Journée de l’excellence noire.

L’initiative, qui est issue du mouvement de la Journée du chandail noir, vise à souligner les difficultés des Canadiens noirs et racialisés, notamment en ce qui concerne la place qui leur est faite dans les programmes d’études.

C’était clair qu’il y avait un manque de représentation [...] au niveau des manuels d’histoire. Une partie majeure du programme d’études est très axée sur les Blancs, sur l’Europe. Les épreuves des Canadiens noirs sont sous-représentées en faveur de celles des personnes blanches, affirme Kamika Williams, la présidente de la société Ninandotoo et créatrice de la Journée de l’excellence noire. « Nina ndoto » est le mot swahili pour « j’ai un rêve ».

Le gouvernement de la province a suivi l’initiative de Mme Williams en inaugurant cette journée, le 15 janvier, jour de l’anniversaire de Martin Luther King Jr.

Des écoles de la province ont marqué cette occasion, lors de journée scolaire précédente, soit le vendredi 14 janvier. Plus de 6 000 élèves et autres membres de communautés scolaires ont participé à un événement en ligne, donnant la parole à des élèves, des athlètes, des professeurs et des artistes

Le directeur de l’équité de la faculté, au sein de l’Université de la Colombie-Britannique, le Dr Ismaël Traoré, dit que puisque la population afro-canadienne est particulièrement jeune, les écoles sont d’autant plus responsables de créer un environnement sain pour leur développement.

Mon intérêt particulier concernant cette journée, c’est l’occasion qu’elle représente de mettre en lumière les espaces et les institutions où circulent les personnes noires. Il explique que c’est une occasion pour mieux comprendre les disparités entre les jeunes noirs et les jeunes du reste de la population, que ce soit au niveau du taux de renvoi de l’école ou du taux d'obtention de diplômes.

Dans une déclaration, le ministère de l’Éducation de la Colombie-Britannique a souligné que l’éducation est un outil important pour promouvoir l’égalité.

Nous comprenons qu’il reste encore beaucoup de travail à faire afin d’assurer que le point de vue de l'antiracisme soit au centre du système éducatif en Colombie-Britannique, dit la déclaration. C’est pour cette raison que nous travaillons avec des organismes communautaires [...] qui soutiennent l'antiracisme, qui célèbrent la diversité et qui font avancer l’inclusion.

Kamika Williams, créatrice de la Journée de l'excellence noire en Colombie-Britannique

Kamika Williams est la présidente et cofondatrice de la société Ninandotoo

Photo : Offert par : Kamika Williams

Par respect pour la communauté juive

Kamika Williams a nommé cette journée celle de l’excellence noire lorsque plusieurs membres de la communauté juive lui ont expliqué que le terme chandail noir peut soulever des souvenirs douloureux puisque des chemises noires étaient notamment portées par des groupes fascistes italiens à l’époque de la Deuxième Guerre mondiale. 

La Journée du chandail noir a été très réussie l’année dernière [...] Toutefois, on a appris que le terme "chandail noir" est traumatisant pour les survivants de l’Holocauste et les survivants du fascisme, explique Mme Williams.

Le président du Centre pour Israël et les affaires juives de la région du Pacifique, Geoffrey Druker, soutient l’idée de la journée, mais dit qu’il était étonné lorsqu'il a entendu son nom original. 

On était un peu révoltés. C’était douloureux parce qu’il y a encore des survivants de l’Holocauste parmi nous, dit M. Druker. Lorsqu’il a contacté Kamika Williams, elle a immédiatement voulu collaborer avec la communauté juive afin de trouver un nom plus inclusif.

Une Journée du chandail malgré tout

La Coalition antiracisme de Vancouver a quand même souligné la Journée du chandail noir vendredi et samedi en Colombie-Britannique, croyant qu'il s'agit d'une manière importante de réclamer plus de place pour les luttes des personnes noires dans les programmes scolaires canadiens.

C’est né d’un besoin d’avoir une leçon d’histoire, de s’éduquer, dit Steven September, le président de la Coalition antiracisme de Vancouver, qui rappelle que c’est la deuxième fois que la journée est soulignée au Canada.

Le mouvement a commencé lorsque des membres de son organisme ont demandé à leurs enfants ce qu’ils ont appris pendant le Mois de l’histoire des Noirs.

Chacun d’entre eux a dit : "On a appris sur l’esclavage", raconte M. September. Ceci est inadéquat. Il faut que l’on fasse quelque chose pour améliorer la situation. Donc on a eu une discussion et on a eu l’idée de faire cette journée.

Steven September a eu le soutien de l’organisme Voix juives indépendantes du Canada pour la Journée du chandail noir. Le porte-parole Aaron Lakoff dit comprendre pourquoi certains membres de la communauté juive sont offensés par le terme, mais affirme que les objectifs des deux organismes de promouvoir la paix et la solidarité concordent.

J’espère que nous pouvons passer à travers les mots ou les étiquettes afin de nous engager avec la substance, dit-il. En tant que Juifs, nous devrions soutenir les mouvements antiracistes d’une manière sans équivoque.

Avec les informations de Janella Hamilton et Nantou Soumahoro

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !