•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de la moitié des 5 à 11 ans ne sont pas vaccinés à l’approche du retour en classe

Ava Meconse, 10 ans, reçoit sa première dose de vaccin contre la COVID-19 au Manitoba.

Seulement 51 % des enfants de 5 à 11 ans du Manitoba ont déjà reçu la première dose du vaccin, selon le bilan des autorités provinciales, jeudi.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Radio-Canada

À quelques jours de la reprise des cours en classe, près de la moitié des enfants manitobains âgés de 5 à 11 ans n'ont pas encore reçu leur première dose du vaccin COVID-19, ce qui suscite des inquiétudes chez le groupe de parents Safe September.

Selon des données de la province, 51 % des enfants de ce groupe d’âge, soit 63 824 sur les 125 000 que compte la province, avaient reçu leur première dose du vaccin Pfizer-BioNTech, jeudi.

L’associée de recherche en microbiologie médicale à l'Université du Manitoba, Julie Lajoie, explique qu’il reste du travail à faire, même si ce chiffre est plutôt bon , car les enfants de 5 à 11 ans ne sont admissibles au vaccin que depuis quelques semaines.

Elle croit que le taux de réception du vaccin est faible dans cette tranche d’âge en raison de la croyance selon laquelle la COVID-19 est bénigne chez les enfants.

La région sanitaire du Sud affiche le taux de vaccination le plus faible de la province chez les enfants âgés 5 à 11 ans soit 36,4 %.

La région sanitaire de Winnipeg présente le taux le plus élevé avec 58,4 %. Dans les autres régions sanitaires du Manitoba, il varie de 45 à 50 %.

Retour en classe prématuré

Dans ce contexte, l'organisation Safe September, composée de parents préoccupés par les enjeux de l'éducation, estime que la réouverture des écoles en présentiel la semaine prochaine est assez prématurée.

La cofondatrice du groupe, Lauren Hope, indique que la province ne devrait pas s'attendre à un taux de vaccination élevé chez les enfants, car la campagne pour les 5 à 11 ans a démarré il y a quelques semaines seulement.

Nous n'avions tout simplement pas accès aux vaccins avant novembre et nous ne sommes qu'en janvier, rappelle Mme Hope. 

Lauren Hope est debout dans un parc du Manitoba.

Lauren Hope, membre fondatrice de Safe September.

Photo : Radio-Canada / Cameron MacLean

Celle qui est aussi mère de deux enfants explique que son propre enfant n'est toujours pas à huit semaines de sa première dose en faisant référence à l'intervalle entre la première et la deuxième dose selon les recommandations du Comité consultatif national de l'immunisation et du Comité consultatif sur les vaccins pédiatriques du Manitoba.

Jeudi, une conférence de presse de la province en a rajouté aux inquiétudes de plusieurs parents alors que les responsables sanitaires ont mentionné que les cas contacts proches de personnes infectées ne seront plus informés.

Dans le même temps, le ministre de l'Éducation, Cliff Cullen, a déclaré que le gouvernement provincial avait consulté des pédiatres, qui ont souligné l'importance de la présence en classe pour la santé mentale et le bien-être des élèves. 

Selon Mme Hope, les enfants retourneront dans des classes surpeuplées la semaine prochaine avec très peu de mesures d'atténuation mises en place pour arrêter la propagation du virus .

Le gouvernement provincial a essentiellement renoncé à contenir le virus et a semblé adopter une attitude de laisser faire- ce que je trouve personnellement déplorable, s’indigne-t-elle.

Avec les informations de Andrew Wildes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !