•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mélanie Joly à Kiev pour défendre la souveraineté de l’Ukraine face à la Russie

Mélanie Joly se tient devant des soldats en hiver.

Envoyer la ministre des Affaires étrangères à Kiev est un message fort de la part du Canada, estime une source gouvernementale (archives).

Photo : (Stephanie Jenzer/CBC)

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, se rendra en visite officielle à Kiev dimanche, afin de « réaffirmer le soutien inébranlable du Canada à la souveraineté de l’Ukraine ».

Le regroupement de troupes et d’équipement russes en Ukraine et dans les environs met en péril la sécurité de toute la région, estime Mélanie Joly. Il faut dissuader la Russie de poursuivre ces actions agressives.

Les tensions persistent à la frontière entre l’Ukraine et la Russie depuis l’annexion illégale de la Crimée par Moscou en 2014. Elles ont monté d’un cran au cours des derniers jours, à la suite de pourparlers diplomatiques infructueux entre Moscou, Washington et l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

Les risques d’un nouveau conflit armé en Europe sont réels, indiquait cette semaine le secrétaire général de l’Organisation du traité de l'Atlantique nord, Jens Stoltenberg, à la suite de ces pourparlers.

Volodymyr Zelensky et Jens Stoltenberg.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (à gauche) et le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg (à droite) lors d'une conférence de presse à Bruxelles en décembre 2021 (archives).

Photo : Getty Images / JOHN THYS

De nombreux pays, dont les États-Unis et le Canada, avertissent Moscou que toute incursion militaire en territoire ukrainien aurait de graves conséquences, notamment l'imposition concertée de sanctions économiques sévères.

De son côté, le président russe Vladimir Poutine exige que l’Organisation du traité de l'Atlantique nord s’engage à ne jamais accepter l’Ukraine au sein de son alliance, qui comprend un pacte de défense collectif.

C’est dans ce contexte que Mélanie Joly se rend en visite officielle.

C’est un grand signal de soutien de la part du premier ministre Justin Trudeau d’envoyer sa ministre des Affaires étrangères à ce moment-ci, souligne une source gouvernementale, alors que les relations entre la Russie et l’Occident sont à une étape critique.

Kiev – Paris – Bruxelles

La ministre Joly rencontrera le premier ministre ukrainien Denys Shmyhal et la vice-première ministre Olga Stefanishyna. Elle mettra particulièrement l’accent sur le maintien de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance de l’Ukraine.

Mélanie Joly rendra également visite aux troupes canadiennes en Ukraine. Environ 200 militaires sont en mission de formation auprès des forces armées ukrainiennes, dans le cadre de la mission Unifier.

À ce sujet, Justin Trudeau s’est d’ailleurs entretenu avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy plus tôt cette semaine pour discuter du soutien solide et constant du Canada et de l’assistance qui pourrait être fournie à l’avenir. Le Canada n’a pas énoncé spécifiquement si cette aide pourrait inclure l’envoi d’armes.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lors d'une conférence de presse.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian

Photo : Reuters / Mohamed Abd El Ghany

La ministre se rendra ensuite à Paris pour une rencontre bilatérale avec le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Puis, elle ira à Bruxelles, notamment pour une réunion avec le secrétaire général de l’Organisation du traité de l'Atlantique nord et le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell.

Ces réunions porteront sur l’agression de la Russie et ses activités déstabilisatrices en Ukraine et dans les environs, indique Affaires mondiales Canada.

Mélanie Joly entend travailler avec ses partenaires internationaux pour faire respecter l’ordre international fondé sur des règles et préserver les droits de la personne et la dignité des Ukrainiens.

Lorsque ces règles sont remises en question, le Canada doit se tenir debout et travailler avec ses alliés pour empêcher leur détérioration , selon Affaires mondiales Canada.

Pression des conservateurs

À Ottawa, l’opposition officielle presse le gouvernement libéral de défendre plus solidement l’Ukraine.

Il faut faire plus pour soutenir l’Ukraine, et ça commence par le rejet des propositions de capitulation de la Russie et du président Poutine, estime le porte-parole des conservateurs en matière d’affaires étrangères Michael Chong, qui demande aussi au gouvernement libéral de prolonger et d’élargir la mission Unifier des militaires canadiens en Ukraine.

Le Canada a été le premier pays occidental à reconnaître l’indépendance de l’Ukraine en décembre 1991, notamment en raison de la forte présence de la diaspora ukrainienne au Canada. Le 27 janvier marquera le 30e anniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !