•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’obligation d’exiger le VaxiCode dans les grandes surfaces sème l’incompréhension

Une cliente marche dans les Serres St-Élie.

Les Serres St-Élie, à Sherbrooke, sont considérées comme un commerce à grande surface.

Photo : Radio-Canada / Arianne Béland

Radio-Canada

La décision de Québec d'exiger le passeport vaccinal dans les commerces à grande surface dès le 24 janvier est source d’incompréhension pour une commerçante estrienne.

Bien que les petits commerces soient épargnés, les petites équipes qui travaillent dans des superficies supérieures à 1500 mètres carrés devront en effet faire respecter cette nouvelle mesure.

Je ne me suis jamais considérée comme une grande surface, se désole Mélanie Grégoire, la directrice générale des Serres St-Élie. En raison de la salle de production qui lui permet de faire pousser des plantes, son commerce dépasse les 1500 mètres carrés.

Elle se dit prête à respecter les mesures sanitaires, mais aimerait obtenir plus d’explications de la part du gouvernement.

« La question que je me pose aujourd'hui, c'est cette mesure-là, elle fait mal à qui? Est-ce qu'elle fait mal vraiment aux non-vaccinés ou aux entrepreneurs comme moi qui gèrent des business, qui gèrent des employés, qui eux aussi sont épuisés de la pandémie? »

— Une citation de  Mélanie Grégoire, directrice générale des Serres St-Élie 

Quand le gouvernement disait hier en conférence de presse que ces types de commerces là ont souvent déjà quelqu'un à la porte, ce n’est pas le cas aux Serres St-Élie, ajoute Mme Grégoire.

Le copropriétaire du magasin Momo Sports Michel Poisson indique aussi que la nouvelle mesure va compliquer la vie à ses équipes.

Ça se peut que ce soit moi qui y aille [accueillir les clients à la porte] quelques heures par jour. Je n’en ai aucune idée. On va se partager le travail et on va trouver une solution, assure-t-il.

Il dit déjà réfléchir à des solutions pour rendre l’expérience des clients la plus agréable possible.

S'il faut mettre deux personnes à la porte pour aller plus vite, on mettra deux personnes à la porte pour faire attendre le moins possible nos clients, soutient-il.

Mélanie Grégoire est du même avis. Tout ce qu'on va mettre en place au fur et à mesure que l'on va vivre avec cette mesure-là, ça va être pour faciliter la vie de nos clients.

Les marchés d’alimentation et les pharmacies ne seront pas touchés par l’obligation d’exiger le passeport vaccinal.

Avec les informations d’Arianne Béland 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !