•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget de Gatineau : un large consensus, mais encore certaines divisions

La façade de l'hôtel de ville de Gatineau.

La Maison du citoyen de Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les discussions sur le prochain budget de Gatineau se sont terminées, vendredi. Un consensus s’est formé sur les grands aspects du budget, même si certains points d’achoppements demeurent.

Après une semaine d’étude de quelque 80 recommandations, notamment sur les services aux citoyens et certains programmes, le conseil municipal de Gatineau s'est entendu sur un budget de près de 700 millions de dollars qui prévoit une hausse des impôts fonciers de 1,9 % et l'injection de 27 millions de dollars additionnels dès l'an prochain dans la réfection des rues.

Autour de la table, un certain consensus s’est dégagé, même si des divisions demeurent, notamment sur le retrait du financement d’une quinzaine de projets et l'abolition du projet d'Office de consultations publiques, qui avaient déjà provoqué de vifs échanges, mardi.

Alors que l’exercice de vendredi aurait dû être davantage une formalité, plusieurs débats ont encore eu lieu entre les conseillers. La tarification des camps de jour a symbolisé ces longues discussions et une certaine confusion.

Un amendement a été notamment proposé pour revenir sur la décision du conseil, en début de semaine, de limiter la hausse des tarifs, en 2022, à 2 %, pour l'augmenter davantage, tout en augmentant l’aide versée aux familles dans le besoin. Cette proposition a toutefois finalement été défaite.

Le conseiller du district d’Aylmer, Steven Boivin, explique pourquoi il s’est abstenu de voter dans ce débat.

Pour l’aide, j’étais d’accord, mais pour la hausse [de 10 %], ça allait à l’encontre de ce que j’avais voté, donc j’ai voulu respecter ce choix-là.

France Bélisle répond aux journalistes en conférence de presse.

La mairesse de Gatineau, France Bélisle (archives)

Photo : Radio-Canada / Nathalie Tremblay

La mairesse France Bélisle juge toutefois que les débats de ce vendredi, comme ceux de cette semaine, ont été constructifs.

Qu’on négocie, qu’on fasse des propositions, l’exercice sert à ça. Je pense que ça a été une très bonne expérience, même si ça a été une expérience exigeante, a-t-elle commenté en mêlée de presse en après-midi. J’ai trouvé qu’on avait eu des échanges de fonds, comme les échanges qu’on a eus pour les infrastructures, notamment. Et je trouve qu’une étude budgétaire, ça permet [...] aussi de voir quels sont les éléments sur lesquels le conseil est uni, solidaire, partage une vision, un élan, et ça, on en a vu beaucoup cette semaine.

Satisfaits malgré tout

Même si elle a dû amender certaines de ses propositions, Mme Bélisle se dit donc satisfaite.

On a fait autrement, puis on a fait différemment. Je suis heureuse que des engagements qui étaient importants - et, je pense, pour lesquels les gens m’ont élue comme une augmentation de la taxe de 1,9 % en principe - aient été adoptés par les membres du conseil aujourd’hui.

Habitué des budgets municipaux, le conseiller du District du Versant, Daniel Champagne a loué le travail de ses collègues.

Je sentais vraiment que les gens qui étaient assis autour de la table étaient des gens [...] qui avaient préparé leurs amendements, qui avaient préparé leurs arguments [...]. On a eu des échanges difficiles au cours de la semaine, parfois ça devient très émotif [...], mais ce que je vois autour de la table ce sont des gens qui sont là pour représenter les intérêts citoyens et ça me paraît évident que c’est ce qu’ils ont essayé de faire tout au long de la semaine.

Daniel Champagne en entrevue à la Maison du citoyen.

Daniel champagne trouve intéressante la possibilité de pouvoir réaliser tous les travaux en lien avec le projet Guertin en un seul bloc.

Photo : Radio-Canada

La co-porte-parole d'Action Gatineau, Caroline Murray, estime que son parti a réalisé certains gains, notamment celui de limiter la hausse des tarifs des camps de jour à 2 %. Elle reste toutefois préoccupée par le sort qui sera réservé aux grands projets qui ont été mis de côté.

Mais la mairesse défend les décisions prises.

Il y avait initialement, dans l’enveloppe de projets, 37 millions de dollars, desquels on a retiré 8,2 millions de dollars. [...] On n’a pas retiré des projets d’infrastructures, ils sont encore tous dans la liste des projets prioritaires et on va trouver des façons différentes de les financer, plutôt que de se tourner dans les poches des citoyens et de proposer des taxes à 2,9 % ou d'aller en endettement, a-t-elle dit.

« Cette décision-là nous a permis d'offrir des taxes à 1,9 %. »

— Une citation de  France Bélisle, mairesse de Gatineau

Malgré tout, Mme Murray préfère retenir le positif des débats de la semaine.

On a mené les batailles qu’on voulait mener. On en a perdu plusieurs, on en a gagné quelques-unes, donc on se concentre sur ce qu’on a gagné. On est contents. C’est certain qu’on va continuer à amener nos débats à la table du conseil, à pousser les idées dans lesquelles on croit.

Mme Murray a indiqué que les membres d’Action Gatineau vont désormais prendre un pas de recul pour faire le point sur les discussions budgétaires et consulter les citoyens en vue de l’adoption du budget qui est prévue le 31 janvier.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !