•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente à l’amiable entre Nathalie Bondil et le Musée des beaux-arts de Montréal

Nathalie Bondil parle devant une peinture d'Andy Warhol.

Nathalie Bondil a été directrice générale et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal de 2007 à 2020.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) a annoncé vendredi la signature d’une entente à l’amiable entre Nathalie Bondil – son ex-directrice générale et conservatrice en chef – et les membres et ex-membres de son conseil d’administration (CA). En 2020, celle qui avait été congédiée par le MBAM avait déposé une poursuite de 2 millions de dollars contre son ancien employeur.

Le communiqué émis par l’établissement muséal ne précise pas si cette entente s’accompagne d’un versement d’argent. 

Dans sa poursuite adressée à la Cour supérieure en septembre 2020, Nathalie Bondil réclamait 1 million de dollars aux membres du CA du MBAM en réparation des dommages moraux causés par leur conduite abusive, illégale et fautive

Elle demandait aussi un autre million de dollars en dommages et intérêts punitifs pour atteinte à sa dignité, son honneur et sa réputation, qui, d’après elle, menaçait de mettre un terme à sa carrière en raison de propos calomnieux, mensongers et diffamatoires

Le professionnalisme et l’engagement de Mme Bondil soulignés

Rappelons que le CA du MBAM avait mis fin au contrat de Nathalie Bondil en juillet 2020 en raison d'allégations de harcèlement psychologique et d’un environnement de travail devenu toxique, d’après un rapport établi par une firme extérieure quelques mois plus tôt.

Selon Nathalie Bondil, son renvoi résultait plutôt de son refus de soutenir la nomination de Mary-Dailey Desmarais au poste de directrice de la conservation. 

Le communiqué publié vendredi précise que Madame Bondil, pour sa part, n'était pas visée personnellement par quelque allégation de harcèlement contenue dans la plainte et elle souhaitait, tout comme le CA du Musée, que cette situation soit réglée.

Quoiqu'en désaccord avec l'approche de Madame Bondil quant à la gestion de cette situation, le CA du Musée ne remettait pas en cause, par ailleurs, son professionnalisme et son engagement profond et sincère envers le musée, indique-t-il. 

Le communiqué met également en avant le travail réalisé par Nathalie Bondil, qui a dirigé le MBAM de 2007 à 2020. 

Le CA du Musée note que pendant la période en question, qui coïncidait avec la gestion de crise liée à la pandémie, Madame Bondil a travaillé sans relâche pour protéger l'institution et sécuriser les emplois.

Le Musée remercie Madame Bondil pour les réalisations artistiques importantes qu'elle a accomplies, ajoute-t-il. 

Les remerciements de Nathalie Bondil

Dans ce même communiqué, Nathalie Bondil remercie de son côté le MBAM, et ses équipes, ainsi que Montréal, le Québec et le Canada. 

Bien qu'ayant été profondément blessée, je sais que cette situation a été également difficile pour toutes les parties impliquées, notamment pour les employés du musée. Je souhaite pour le futur le meilleur des succès au Musée des beaux-arts de Montréal. Merci pour toutes ces années extraordinaires.

Le MBAM stipule qu’aucun commentaire supplémentaire ne sera fait et qu’aucune entrevue ne sera accordée par les parties.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !