•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Rentrée municipale à Québec : les partis d’opposition face à leurs défis

L’hôtel de ville de Québec en hiver.

L’hôtel de ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Après la frénésie postélectorale, le vrai travail commence au conseil municipal de Québec.

Les élus reprennent virtuellement le chemin de l'hôtel de ville, lundi. C'est la première séance de l'année. Les conseillers de l'opposition devront trouver un certain équilibre entre le désir de collaborer avec l'administration Marchand et celui de jouer leur rôle.

Les trois partis font face à un défi de pertinence.

Équipe Marie-Josée Savard et Québec 21 sont ressortis affaiblis de la dernière élection. Ils doivent rapidement justifier leur raison d'être.

Transition Québec devra plutôt s'assurer que ses prises de position ne nuisent pas à son objectif ultime, celui de lutter contre les changements climatiques.

Équipe Marie-Josée Savard : identité

Le nom Équipe Marie Josée Savard est appelé à disparaître d'ici quelques semaines. L'opposition officielle se donnera une nouvelle identité, mais le nom ne fait pas foi de tout.

Ce parti est issu de l'administration précédente, qui tournait autour d'une seule personne : Régis Labeaume. Sans son influence, il se retrouve sans direction.

Les élus de l'opposition officielle, nouveaux pour la plupart, n'ont pas le même sentiment d'appartenance ou le même devoir de loyauté envers les décisions qui ont été prises dans le passé. Tout est à réinventer.

Le défi sera de se distinguer du parti du nouveau maire de Québec, Bruno Marchand, avec lequel il partage bien des valeurs.

Québec 21 : pertinence

Québec 21 devra faire la preuve de sa pertinence. La défaite électorale a fait doublement mal. Le parti était étroitement associé à son chef, Jean-François Gosselin, qui a cédé sa place. Il était aussi porté par le projet de métro léger, dont plus personne ne parle.

Jean-François Gosselin est maintenant membre associé du comité exécutif. Il pourrait perdre de son mordant lors des échanges à l'hôtel de ville. Stevens Melançon, qui jouit d'un appui important dans son district, a préféré quitter la formation.

À qui s'adressera Québec 21? Comment réussira-t-il à se démarquer des autres partis et à aller chercher de nouveaux appuis? La démonstration reste à faire.

Transition Québec : en marge

L'élection de la cheffe de Transition Québec a été bien accueillie. Jackie Smith a réussi une percée dans le district de Limoilou, une première pour le jeune parti écologique.

Lors de l'adoption du budget en décembre, Jackie Smith a reproché à l'administration Marchand de ne pas agir assez rapidement pour l'environnement. Elle aurait voulu plus de mesures, plus vite. La fermeture de l'incinérateur est un exemple.

Même si Jackie Smith a réussi à séduire les électeurs, même au-delà de son district, il y a un risque que ses positions, parfois tranchantes et sans appel, la marginalisent. Changer des mentalités, ça se fait un pas à la fois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !