•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La non-reprise des sports parascolaires décriée dans l’Est-du-Québec

Joueurs sur un terrain de basket de l'école secondaire Paul-Hubert de Rimouski.

Seul le sport-études pourra reprendre pour le moment (archives).

Photo : Radio-Canada / René Levesque

Radio-Canada

La rentrée scolaire en personne est prévue pour lundi dans les écoles secondaires et primaires du Québec, mais les élèves devront s'armer de patience avant de retrouver leurs équipes sportives et leurs clubs parascolaires. Des représentants d'organisations sportives de l'Est-du-Québec estiment que de mettre à nouveau leurs activités sur pause aura des effets néfastes sur les jeunes.

Le ministère de l'Éducation a confirmé vendredi à Radio-Canada que les activités parascolaires en présence demeuraient suspendues.

Québec a annoncé jeudi en conférence de presse quelques-unes des mesures qui seront mises en place lors de la rentrée scolaire en personne de lundi. Les activités entre les écoles, les tournois et les compétitions sont aussi annulés ou reportés.

Par contre, les activités sportives pratiquées dans le cadre d'un programme de sport-études pourront reprendre à certaines conditions, par exemple, celle de porter un masque.

Lou est la nouvelle mascotte de la finale provinciale des Jeux du Québec 2021 à Rivière-du-Loup.

La 56e Finale des Jeux du Québec qui devait se tenir cet hiver à Rivière-du-Loup a été annulée, tout comme de nombreuses autres compétitions sportives destinées aux jeunes (archives).

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Le président-directeur général du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), Gustave Roel, croit que les mesures sanitaires actuellement en vigueur présentent certaines incohérences :

Présentement, il est permis pour tout citoyen de faire du sport à l'intérieur. Puis, ce qu'on sait, c'est que tout sport intérieur est interdit, sauf seul ou en groupe de deux. Cette permission-là n'est pas permise pour un étudiant dans une école. Donc, cet élément-là a été apporté notamment à l'attention du ministère, illustre-t-il.

Gustave Roel soutient que les centres sportifs et les gymnases des universités et des cégeps sont accessibles au public pour la pratique de certains sports intérieurs.

Donc, ça devient difficile de discriminer qui se présente. Est-ce que c'est un étudiant ou c'est un citoyen? Cet élément-là, je pense qu'il a été pris en considération. On verra dans les prochains jours s'il y a un développement, poursuit le président-directeur général du réseau du sport étudiant du Québec.

Des effets néfastes sur les jeunes

Selon Dave Lavoie, le président de Volleyball Gaspé, un organisme qui a pour mission de contribuer au développement du volleyball scolaire sur le territoire de la ville de Gaspé, rappelle que l'organisation des activités parascolaires a connu toutes sortes de revirements dans les deux dernières années en raison des mesures sanitaires.

Il estime que ces changements fréquents ont des impacts sur la santé physique et mentale des jeunes.

« Pour ceux qui se réalisent particulièrement à travers le sport, c'est sûr et certain que de ne pas pouvoir pratiquer leur activité, de ne pas pouvoir jouer, ça les touche. »

— Une citation de  Dave Lavoie, président de Volleyball Gaspé

En plus de craindre des impacts physiques et psychologiques, Dave Lavoie affirme que, partout dans le monde, les jeunes ont beaucoup moins d'occasions de participer aux différents tournois et compétitions en ce moment.

La Finale des Jeux du Québec qui devait se tenir à Rivière-du-Loup cet hiver a été annulée en début de semaine et il ne s'agit que d'un exemple des compétitions qui ont récemment dû être annulées ou reportées.

Par contre, Dave Lavoie soutient que la possibilité de rallonger la période des compétitions est envisagée par le réseau du sport étudiant du Québec, afin de pouvoir reprendre celles qui ont été annulées pendant cette période de pause obligée.

Les règles sanitaires respectées par les jeunes athlètes, selon des entraîneurs

L'entraîneuse-chef du club de natation du Cégep de Baie-Comeau, Sylvie Letarte, estime que les règles sanitaires ont toujours été respectées par ses nageurs.

« Le sport est partie intégrante de leur vie, et je crois qu'on est capables de respecter les consignes, comme on l'a toujours fait. [Une reprise] le plus tôt possible va être le mieux. »

— Une citation de  Sylvie Letarte, entraîneuse-chef du club de natation du Cégep de Baie-Comeau

Louis-David Goulet, technicien en loisirs à l'école secondaire Le Mistral à Mont-Joli, abonde dans le même sens.

Il se dit surpris que les jeunes ne puissent pas retrouver leur sport, alors que tout s'était bien déroulé dans ce secteur d'activités avant les Fêtes.

Deux équipes de football scolaire s'affrontent sur un terrain à l'extérieur.

Les entraînements en formule virtuelle demeurent permis, même si de nombreux entraîneurs s'entendent pour dire que cette façon de faire est loin d'être idéale (archives).

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Louis-David Goulet explique aussi que le sport est très important chez les jeunes, notamment en ce qui a trait au développement d'un sentiment d'appartenance.

« [Le sport,] c'est un milieu d'apprentissages aussi. [...] Tu vas apprendre à te connaître, à dépasser tes limites en tant qu'individu. C'est sûr qu'à ce niveau-là, ça a des répercussions sur eux. »

— Une citation de  Louis-David Goulet, technicien en loisirs à l'école secondaire Le Mistral

C'est sûr qu'ils sont habitués d'être avec leur gang avec qui ils vont pratiquer leurs activités, poursuit-il.

Des entraînements virtuels pour garder la forme

Les entraînements en formule virtuelle demeurent permis, même si de nombreux entraîneurs s'entendent pour dire que cette façon de faire est loin d'être idéale.

L'entraîneuse-chef du club de natation du Cégep de Baie-Comeau souligne que les étudiants-athlètes et les entraîneurs usent de beaucoup d'imagination pour s'entraîner de façon virtuelle.

« On fait un petit peu de tout. Je m'organise avec les jeunes pour qu'on puisse faire de l'entraînement. »

— Une citation de  Sylvie Letarte, entraîneuse-chef du club de natation du Cégep de Baie-Comeau

Des fois, c'est avec certains poids. Des fois, c'est un genre de yoga pour la natation, on fait du core, on fait du hiit. Des fois, je leur explique des choses sur la physiologie de l'exercice. Donc, on essaye de diversifier le tout et de garder l'intérêt de tous les nageurs, précise-t-elle.

Les responsables des sports en milieu scolaire espèrent savoir bientôt quand ces activités pourront reprendre au Québec.

D'après les informations de Shanelle Guérin et de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !