•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hausse de la facture d’assurances fait mal aux centres de ski

Des planchistes s'apprêtent à prendre le télésiège.

La facture d'assurances du Parc du Mont-Saint-Mathieu a explosé dans les derniers mois, tout comme celle du Centre plein air familial de Cabano et du centre de ski du Mont Biencourt.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

Les primes d'assurance de plusieurs stations de ski du Bas-Saint-Laurent ont bondi dans les derniers mois. Que ce soit à Cabano, Biencourt ou Saint-Mathieu-de-Rioux, les centres de plein air font face à une situation semblable.

L'augmentation est telle que le Centre de plein air familial de Cabano, par exemple, a dû fermer pour quelques semaines, le temps de trouver un moyen de payer sa facture.

Les dirigeants du Centre avaient fermé le site le 31 décembre, faute de pouvoir payer le montant des assurances.

Le Centre partageait auparavant ses assurances avec un regroupement d'organismes sans but lucratif, ce qui faisait en sorte que sa portion de prime était peu élevée. Mais l'assureur qui offrait le service à ce regroupement n'assure plus les sports de glisse, ce qui a forcé les dirigeants du centre à chercher un nouvel assureur.

Le remonte-pente du Centre.

Le Centre de plein air familial de Cabano a été fermé dans les dernières semaines, puisqu'il ne trouvait pas d'assureur.

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

Une seule compagnie d'assurances a finalement accepté d'assurer le Centre et la facture est nettement plus élevée, s'élevant à plusieurs milliers de dollars de plus que ce qu'il déboursait auparavant.

Le président du conseil d'administration du Centre de plein air, Jocelyn Morin, ne peut divulguer pour le moment le montant exact de la prime, évaluée entre 10 000 et 25 000 dollars par année.

Ce que je peux vous dire, c'est que la tarification qui a été faite par la compagnie d'assurances, par le courtier, correspond aux informations qu'on a recueillies. Donc, on a une police d'assurances, actuellement, qui correspond au centre de plein air qu'on a, qui n'est pas le plus bas, mais qui n'est pas le plus haut, affirme M. Morin à cet égard.

Le Centre de plein air familial rouvrira finalement en partie dès samedi, après que le milieu se s'est mobilisé pour régler la facture du nouvel assureur.

Au cours des derniers jours, plusieurs personnes de la région ainsi que la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac ont accepté d'offrir des dons totalisant 24 500 dollars au centre de plein air. Cette somme permettra de payer la prime d'assurance de cette année et une partie de celle de l'an prochain.

D'arriver avec des primes d'assurances comme ça, c'est quelque chose à prendre en considération. [...] On vient de se gagner un an pour faire ces représentations-là [auprès du gouvernement]. Si la Ville peut être partenaire avec le conseil d'administration [du Centre de plein air], on va le faire, soutient le maire de Témiscouata-sur-le-Lac, Denis Blais.

Même scénario dans d'autres stations de ski

Le Centre de plein air familial de Cabano est loin d'être le seul à avoir connu une forte augmentation dans sa facture d'assurance. Celle du centre de ski Mont Biencourt a augmenté de 12 000 dollars.

De leur côté, les dirigeants du Parc du Mont-Saint-Mathieu, à Saint-Mathieu-de-Rioux, ont noté une hausse de leur prime de 20 000 dollars.

Selon le directeur général du Parc du Mont-Saint-Mathieu, Éric Verreault, l'augmentation des primes est, entre autres, attribuable au fait que moins d'assureurs offrent maintenant des produits d'assurance destinés aux sports de glisse.

« Les assurances augmentent parce qu'il y a un retrait des assureurs par rapport aux types de produits qu'on offre, mais on ne peut pas faire grand-chose à part le prévoir et augmenter nos revenus. »

— Une citation de  Éric Verreault, directeur général du Parc du Mont-Saint-Mathieu

Par contre, selon le président-directeur général de l'Association des stations de ski du Québec, Yves Juneau, la hausse du coût des primes d'assurance demeure limitée au Québec par rapport à celle qui affecte les stations de l'Ouest canadien.

Quand on se compare avec les stations de l'Ouest canadien qui ont des hausses jusqu'à 300 %, je vous dirais qu'au Québec, on est quand même épargné par ce genre de hausses-là, même si je comprends que pour les stations de ski, c'est très significatif et ce sont des frais supplémentaires à supporter, avance-t-il.

  • Les coûts d’assurance représentent entre 2,8 % et 4,5 % des dépenses totales d’une station de ski au Québec.
  • En comparaison, les taxes municipales et taxes scolaires représentent 2,4 % à 3,6 % des dépenses d’un centre de ski.

Source : Association des stations de ski du Québec, données de l’Étude économique et financière 2020-2021 des stations de ski

Tant les dirigeants du centre de ski Mont Biencourt que ceux du Centre plein air familial de Cabano aimeraient obtenir un appui financier plus substantiel, notamment de la part de la Municipalité régionale de comté de Témiscouata.

On est un centre de ski régional. Donc, il faudrait que quelque part, quelqu’un d’autre que juste la Municipalité ou les citoyens de Biencourt payent pour ça, pour ces infrastructures-là, affirme la directrice générale du Mont Biencourt, Manon Roussel.

Les deux organisations demanderont à rencontrer des intervenants de la Municipalité régionale de comté pour discuter de l'aide financière qu'elle pourrait leur apporter.

Des skieurs et planchistes sur une pente au Centre de plein air familial de Cabano, un jour de grand froid.

Les skieurs et planchistes au Centre de plein air familial de Cabano pourront bientôt retourner sur les pistes (archives).

Photo : Le Centre de plein air familial de Cabano (Facebook)

D'ici là, puisqu'il a trouvé un assureur, le Centre pourra donc rendre ses activités accessibles au public dans les prochains jours.

Les sentiers de raquette et de ski de fond seront ouverts dès samedi, alors que les pentes de ski alpin ouvriront dimanche.

Pour ce qui est de la glissade, il faudra probablement attendre encore une semaine avant que les pentes soient accessibles.

D'après les informations de Patrick Bergeron et de Fabienne Tercaefs

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !