•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en classe : entre soulagement et inquiétudes pour certains parents

Une enseignante qui porte un couvre-visage se déplace dans une classe vide.

Les cours à distance auront duré moins de deux semaines. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

La reprise des enseignements en présentiel dans certaines régions de l'Ontario ce lundi est à la fois une source de soulagement et d'inquiétudes pour les parents ontariens.

Dans plusieurs régions du Sud de la province, les écoles sont fermées lundi en raison d'une tempête de neige. Les élèves y poursuivent leur apprentissage en ligne jusqu'à mardi.

À North Bay, le retour en classe soulage Nathalie Rainville. La mère de trois enfants en classe de 1re, 2e et 6e année avait du mal à concilier son emploi et le suivi de l’apprentissage en ligne de ses enfants. Mes enfants, comme ils sont encore jeunes, le mode virtuel ne fonctionne pas pour eux, dit-elle.

Une femme reagarde la camera.

Nathalie Rainville, de North Bay, est mère de trois enfants.

Photo : Fournie par Nathalie Rainville

« Je ne comprends pas trop ce qu’ils font pendant la journée. [Parfois] je reçois des courriels d'enseignants disant qu’ils n’ont pas remis leurs travaux. [...] Je n’ai pas le temps de faire les devoirs avec eux le soir, donc avoir un retour normal en classe est bien accueilli dans ma famille.  »

— Une citation de  Nathalie Rainville

Konstantin Kilibarda, parent d’une fille de sept ans dans une école du conseil scolaire Viamonde, est plutôt favorable à l’école virtuelle. Nous, on est déjà habitué avec l’apprentissage en ligne avec notre fille. Ce n'était pas un grand problème même si on souhaite qu’elle soit à l'école avec ses amis et ses copines, explique le Torontois. Des craintes en matière de santé justifient sa préférence, explique-t-il.

J'étais d’accord avec la décision d'organiser l'enseignement en ligne, car on a vu que la situation avec le variant Omicron était hors de contrôle , fait-il savoir.

Un home regarde la camera.

Konstantin Kilibarda pense que si l'apprentissage est de qualité, la différence entre la classe en présentiel et en ligne n’est pas grande.

Photo : Radio-Canada

Le père de famille doute des assurances du gouvernement quant à la sécurité sanitaire dans les écoles. Tous les indicateurs [de la pandémie] sont beaucoup plus élevés [qu'en décembre], dit-il.

Le 17 décembre dernier, la province avait enregistré 358 hospitalisations. Dimanche, il y avait 3595 hospitalisations dues à la COVID-19 dans la province.

Mme Rainville, elle, est plutôt rassurée. J’ai parlé avec l’administration de l’école, je suis satisfaite que l'équipe du concierge nettoie bien l'école. J’ai trouvé que mes enfants étaient en sécurité [avant le départ en vacances].

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !