•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démocratiser l’art, l'ambition de Chantal Lamarre et de son nouveau magazine Culturama

L'animatrice Chantal Lamarre appuyée sur une table dans le décor de son émission.

Chantal Lamarre est à la barre d'une nouveau rendez-vous culturel hebdomadaire sur les ondes d'ICI ARTV.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Chantal Lamarre arrive ce vendredi sur les ondes d’ICI ARTV avec une nouvelle émission intitulée Culturama. Chaque semaine, elle y reçoit trois artistes pour parler d’art sous toutes ses coutures en partant d’un thème en particulier. Au menu pour débuter : les méchants, la lune, la mer, le kitsch, les fesses et même… les portes.

Ce nouveau rendez-vous culturel hebdomadaire vise à démocratiser l’art au sens large. Le but est de parler de culture, autant de culture populaire que de trucs plus pointus, de choses qu’on a l’impression de connaître ou qu’on connaît vaguement, et d’autres où on est complètement largués, explique Chantal Lamarre.

Contrairement à d’autres émissions culturelles, Culturama n’est donc pas axé sur les nouvelles artistiques. Un choix judicieux, selon l’animatrice, en cette période où la vague Omicron a forcé les salles de spectacle, les théâtres et les cinémas à refermer leurs portes.

Pour explorer les différents thèmes abordés au fil des semaines, Chantal Lamarre a choisi de s’entourer de créateurs et de créatrices et non de chroniqueurs ou de chroniqueuses. Pour intégrer cette équipe de jaseurs d’élites, comme les surnomme l’animatrice, Culturama fait appel à des vedettes, parmi lesquelles on retrouve la comédienne Émilie Bibeau ou l’humoriste Laurent Paquin, mais aussi à des visages moins connus du grand public.

On pense notamment au chroniqueur et animateur Thomas Leblanc, à la chorégraphe Mélanie Demers, au dramaturge et metteur en scène Olivier Kemeid ou encore à l’autrice Rébecca Deraspe.

Afin que l’émission ne devienne pas une conversation d’initiés, le public est également invité à intervenir chaque semaine par l’entremise de ce que Chantal Lamarre appelle un G7, c’est-à-dire un conseil des grands sages à la maison. Sa composition est fixe, contrairement à celle du panel d’invités. Les personnes choisies pour faire partie du G7 interviennent de leur salon, ajoutant leur grain de sel et réagissant sur les thèmes abordés.

Les méchants et les fesses

Dans le premier numéro de Culturama, Chantal Lamarre reçoit Émilie Bibeau, Mélanie Demers et l’écrivain Guillaume Corbeil pour s’intéresser au thème des méchants dans différentes œuvres artistiques à travers les époques.

On y parle notamment de la belle-mère dans le film Aurore l’enfant martyre, du personnage de Jean Lapointe dans le film d’André Forcier L’eau chaude, l’eau frette (1975), ou encore de l’artiste russe Piotr Pavlenski, un grand détracteur de Vladimir Poutine qui s’est fait connaître avec des performances-choc qui impliquent souvent de la mutilation.

On ne s’attarde pas assez à penser à l’apport du méchant dans une œuvre, la fonction du méchant, la catharsis que [les méchants] peuvent provoquer, explique Chantal Lamarre.

Dans un autre numéro, il sera question des fesses. Picturalement, il y a toujours eu des fesses, beaucoup plus de fesses de filles, mais il y a de la fesse sculptée, de la fesse filmée. Au Québec, il y a eu le courant des “films de fesses” au début des années 1970. La fesse, en art, elle est très présente. Tu rentres dans n’importe quel musée, il y a une fesse sur un mur quelque part, explique l’animatrice de Culturama.

Autre thème abordé : celui des portes. On le prend littéralement, on le prend au figuré, précise-t-elle. Il y a des gens qui ont défoncé les portes, il y a les performances du groupe The Doors, il y a la porte dans Le magicien d’Oz...

L’émission Culturama sera diffusée pendant 10 semaines, dès le 14 janvier, les vendredis à 20 h sur les ondes d’ICI ARTV.

Ce texte a été écrit à partir des entrevues réalisées par Claudia Hébert, chroniqueuse culturelle à l’émission Tout un matin, et par Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18. Les propos ont pu être édités à des fins de clarté et de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !