•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS-AT se prépare à devoir délester certaines activités

Des piétons marchent dans la neige devant l'Hôpital de Rouyn-Noranda.

Le CISSS-AT s'attend à devoir fermer certains services en raison du manque de personnel. (archives)

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Radio-Canada

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) s’attend à ce que le pic des hospitalisations liées à la COVID-19 soit atteint au cours des prochains jours.

Selon les plus récentes projections, le CISSS-AT évalue que jusqu’à 50  personnes pourraient être hospitalisées dans la région dont 13  aux soins intensifs.

La présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue, Caroline Roy précise qu’il s’agit de projections, mais assure que son organisation est prête à accueillir tous les patients dans les hôpitaux de la région.

Nous avons tout l’équipement nécessaire, mais c’est le manque de main-d'œuvre qui fera en sorte que des services qui sont actuellement maintenus pourraient être délestés, on parle de service qui sont moins urgent. On ne peut pas prévoir quels services pourraient être affectés, car on ignore combien de médecins ou de personnel de la santé seront absents , affirme Caroline Roy, qui souligne qu’en moyenne, 150  membres du personnel sont absents quotidiennement.

60 % d’hospitalisations secondaires

En ce moment, 35  personnes sont hospitalisées avec la COVID-19, dont 3  aux soins intensifs. La santé publique régionale rapporte aussi un 4e décès lié à la COVID-19 cette semaine.

Le directeur intérimaire à la Direction des services professionnels, de l'enseignement universitaire et de la pertinence, François Aumond souligne que 60 % des hospitalisations secondaires.

C’est-à-dire en fait que les patients sont entrés à l’hôpital pour une autre raison, mais ils ont testés positifs à la COVID-19 , affirme le docteur François Aumond.

Le niveau 3  de délestage est maintenu dans la région alors que la plupart des régions du Québec ont déjà passé au niveau 4 .

Ça veut donc dire que les chirurgies semi-urgentes et urgentes sont maintenues ici, même certaines chirurgies électives ont encore lieu , assure Caroline Roy.

Caroline Roy devant un rideau, portant un veston, mi-souriante.

Caroline Roy, présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

En Abitibi-Témiscamingue, 16  éclosions sont en cours dont 2  plus récentes soient au CHSLD de Macamic et à la Résidence pour personnes âgées le Domaine des Pionniers de Val-d’Or. Plus de la moitié des éclosions sont stables.

Retour à l’école lundi

Le CISSS-AT indique que le personnel enseignant et des services de garde ont été ajoutés aux groupes prioritaires qui peuvent avoir accès à un test PCR.

Les enfants présentant des symptômes devront quant à eux réaliser un test rapide. En cas de test positif, l’enfant de moins de 12  ans devra s’isoler pour 5  jours avant de refaire un autre test. Si ce test est négatif, il pourra retourner à l’école, mais s’il est encore positif, il devra s’isoler 5  journées supplémentaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !