•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Côte-Nord se vide au compte-gouttes

Littoral de la Haute-Côte-Nord.

Pour en arriver à ce constat, l’Institut de la statistique du Québec a soustrait le nombre de Nord-Côtiers qui ont quitté la région à celui des nouveaux arrivants (archives).

Photo : Radio-Canada / Alex Lévesque

Alors que des milliers de Québécois ont quitté les grands centres vers les régions plus éloignées en 2021, la Côte-Nord voit son bilan migratoire interrégional baisser de 250 personnes au profit du reste de la province.

Seulement deux autres régions rurales du Québec arrivent au même constat, soit l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec.

Taux net de migration interrégionale

Régions rurales en baisse

Taux net de migration interrégionale

Abitibi-Témiscamingue

- 205 personnes (-0,14%)

Côte-Nord

- 250 personnes (-0.28%)

Nord-du-Québec

- 205 personnes (-0.46%)

Il s’agit toutefois d’un solde migratoire interrégional négatif parmi les plus faibles des dernières années pour la Côte-Nord.

À titre de comparaison, il était de -1479 personnes en 2015-2016.

L’Institut de la statistique du Québec a toutefois remarqué que le solde migratoire était positif pour la tranche d’âge 25 à 44 ans. Cette donnée serait directement liée au marché de l’emploi qui réussit à attirer des travailleurs.

À l'inverse, le déclin est plus marqué chez les 55 ans et plus, ce qui pourrait signifier que les retraités sont plus nombreux à quitter la région.

De manière générale, en région, plus on avance en âge, plus on veut peut-être se rapprocher de la famille, par exemple, ou se rapprocher des hôpitaux où l'on reçoit des soins particuliers, explique la démographe à l’Institut de la statistique du Québec Anne Binette-Charbonneau.

Façade du Cégep de Baie-Comeau.

Le groupe des 15-24 ans a aussi connu une baisse dans la région, ce qui pourrait signifier que plusieurs jeunes quittent la région pour les études (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Des arrivants internationaux

La Côte-Nord enregistre toutefois des gains au niveau du solde migratoire externe, qui calcule le nombre de nouveaux arrivants provenant de l’extérieur du Québec.

Au total, 192 personnes issues de l’international et des autres provinces du Canada ont choisi de s’établir dans la région. Il s’agit du plus grand nombre que la Côte-Nord ait jamais enregistré depuis que les données sont disponibles, soit depuis 2001-2002.

Ce bilan a une influence sur la population totale de la Côte-Nord, qui connaît donc un très faible déclin d’à peine 63 personnes, pour un total de 90 543 Nord-Côtiers.

Haut taux de natalité

Même s’il tend à diminuer, le taux de natalité est généralement plus élevé sur la Côte-Nord que dans le reste de la province.

Les femmes ont eu en moyenne 1,77 enfant en 2020, alors qu’il s’établit à 1,52 dans le reste du Québec.

Ce taux de fécondité contrebalance le nombre de décès enregistrés qui, lui, est en augmentation en raison du vieillissement de la population.

Des passants au bord de la baie des Sept-Îles.

L'âge moyen des Nord-Côtiers est de 43,8 ans, soit plus élevé que la moyenne québécoise, qui est de 42,9 ans (archives).

Photo : Radio-Canada / Nicolas Fage

L’accroissement naturel est donc nul cette année, avec autant de naissances que de décès dans la région.

La tendance pourrait toutefois s’inverser dans les prochaines années, prévient Mme Binette-Charbonneau.

Il y avait, jusqu’en 2020, plus de naissances que de décès sur la Côte-Nord. Mais la tendance de fond voudrait que dans les prochaines années, on remarque un accroissement des naissances négatif. Ça pourrait jouer dans la taille de la population totale, explique-t-elle.

Pour renverser la tendance à la baisse de la population nord-côtière, il faudrait, selon l’Institut, augmenter le taux de natalité et attirer davantage de familles dans la région.

Comme partout dans la province, le vieillissement de la population aura un impact négatif sur le bilan démographique de la Côte-Nord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !