•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux lits d’urgence dans les foyers pour soulager les hôpitaux du N.-B.

Au total, 645 personnes sont actuellement à l'hôpital et attendent une place dans un foyer de soins.

Les mains d'un patient

Au Nouveau-Brunswick, 645 patients hospitalisés attendent d'être transférés vers des établissements de soins de longue durée (archives).

Photo : Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick annonce que des lits d’urgence seront créés pour libérer des lits dans les hôpitaux qui sont occupés par des patients en attente d’une place dans un établissement de soins de longue durée. Il s'agirait de lits vacants disponibles dans des foyers de soins partout dans la province.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a présenté cette mesure dans la foulée de l'annonce des nouvelles restrictions sanitaires, jeudi. Il précise qu'il s'agit d'une mesure à court terme.

« C'est une des mesures que nous prenons ensemble pour trouver des moyens novateurs afin de permettre à notre système de santé de relever les défis auxquels il doit faire face. »

— Une citation de  Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Il est encore trop tôt pour prédire combien de lits pourront être créés ou combien seront nécessaires, comme le précise Robert Duguay, directeur des communications du ministère du Développement social.

Par courriel, il indique que 645 personnes attendent actuellement, dans les hôpitaux de la province, d'être transférées dans un établissement de soins de longue durée. Dans la région de Moncton, on en dénombre 123, alors qu’à l’Hôpital régional de Saint-Jean seulement, ce nombre est de 105.

Le ministère travaille avec ses partenaires pour évaluer la disponibilité des lits et le nombre de placements qui pourraient être effectués au cours des prochaines semaines, ajoute-t-il.

On apprend également que les foyers de soins aux prises avec une éclosion de COVID-19 ne seront pas inclus dans ce plan d’urgence de la province, tant et aussi longtemps que la santé publique ne les y autorise pas.

Peu de consultations avec les foyers de soins

L'Association des foyers de soins spéciaux est ravie que cette initiative prenne forme. Son président francophone, Kevin Vienneau, a été avisé avant l'annonce de jeudi.

Cela fait d'ailleurs plusieurs mois que l'Association suggère [les lits d'urgence] au ministère du Développement social, dit-il. Il y a des lits disponibles dans nos foyers de soins spéciaux et de mémoire, affirme Kevin Vienneau.

Gros plan sur la main d'une dame âgée qui tient un bol de nourriture.

Le Nouveau-Brunswick compte 71 foyers de soins, ceux-ci fournissant les niveaux de soins les plus élevés. La majorité des établissements de soins de longue durée sont des foyers de soins spéciaux et de la mémoire (archives).

Photo : Radio-Canada

Pour sa part, l’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick (AFSNB) aurait souhaité plus de consultations.

C'est un petit peu troublant pour nous autres, parce qu'on est à capacité, maintenant, avec nos foyers de soins, indique son directeur général par intérim, Michael Keating.

« C'est vrai qu'il y a certains lits qui sont ouverts dans la province, mais c'est parce que nous n'avons pas assez d'employés. »

— Une citation de  Michael Keating, directeur général intérimaire de l'Association des foyers de soins du N.-B.

L'Association est toutefois prête à parler au gouvernement et à collaborer.

Le porte-parole du ministère, Robert Duguay, affirme que c'est un processus qui commence, le travail étant en évolution. Il pense que ce n'est qu'une question de temps avant que les discussions avec les différentes associations de la province s'enclenchent.

Des lits d’urgence adaptés aux besoins des patients

Au Nouveau-Brunswick, les 556 établissements de soins de longue durée – dont les foyers de soins, les foyers de soins spéciaux, les foyers de soins de la mémoire et les résidences communautaires – comptent au total 13 000 lits.

Certains de ces lits sont vacants et pourraient se transformer en lits d’urgence afin de libérer des places dans les hôpitaux. Le ministère assure qu’ils seront entièrement adaptés au niveau de soins requis pour chaque patient.

Néanmoins, une personne pourrait être transférée dans un autre établissement que celui de son choix; une mesure qui demeure temporaire et qui ne changera pas sa position sur une liste d’attente pour accéder à l’établissement souhaité, promet le gouvernement.

Un lit vacant ne signifie pas pour autant qu'il est disponible. Encore faut-il des ressources, comme le souligne Robert Duguay, faisant écho aux propos de Michael Keating, de l'Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !