•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un mort et cinq disparus après une explosion et un incendie à Ottawa

Des images d'un édifice brûlé dans un incendie, vu du ciel.

Des images du lieu de l'explosion et du feu de jeudi, au 1995 chemin Merivale, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Au lendemain de l’incendie causé par une explosion sur le chemin Merivale, à Ottawa, qui a fait plusieurs blessés, le Service de police d’Ottawa (SPO) a annoncé qu’un des trois hommes transportés à l’hôpital jeudi a succombé à ses blessures vendredi matin.

La police a également indiqué que cinq personnes, soit quatre hommes et une femme, manquent toujours à l’appel. Ces personnes étaient dans l’édifice au moment de l’explosion, souligne-t-on. Les familles des individus portés disparus ont été avisées, a ajouté la police.

« Malheureusement, nous ne croyons pas qu’il y ait des survivants de l’explosion. »

— Une citation de  Frank D’Aoust, inspecteur au Service de police d’Ottawa

À la suite du brasier, jeudi, un total de trois personnes ont été conduites à l'Hôpital d'Ottawa. Deux d'entre elles se trouvaient alors dans un état critique, tandis que la troisième souffrait de blessures mineures. Un pompier a également subi une blessure mineure sur les lieux de l'incendie.

Un autre homme est encore à l’hôpital dans un état stable. Le troisième homme transporté à l’hôpital est retourné à la maison, a annoncé le Service de police d'Ottawa.

L'une des victimes est un homme de l'Outaouais, selon nos sources.

Un édifice ravagé par les flammes, vu du ciel.

Des images du lieu de l'explosion et du feu de jeudi, au 1995 chemin Merivale, à Ottawa

Photo : Radio-Canada

La police n’a pas voulu dévoiler de détails sur l’homme qui a perdu la vie, les personnes hospitalisées ni sur les personnes qui manquent toujours à l’appel lors du point de presse vendredi à Ottawa. À la fin de ce point de presse, le Service de police d'Ottawa et le Service des incendies ont indiqué qu'ils ne répondraient à aucune question des journalistes.

Le feu a pris naissance jeudi après-midi dans un édifice de la compagnie Eastway Tank situé au 1995, chemin Merivale, entre la promenade Cleopatra et le chemin Slack, dans l'ouest d'Ottawa.

Plusieurs appels avaient été faits au 911 vers 13 h 30 jeudi pour signaler la présence d’une épaisse fumée noire et de hautes flammes à l'extérieur de l’édifice en question. Le toit s’est par la suite effondré et le brasier a été maîtrisé à 17 h 58, ont indiqué les pompiers d’Ottawa jeudi.

Des pompiers en haut d'une échelle au milieu de la fumée.

Les pompiers ont maîtrisé le brasier à 17 h 58 jeudi après-midi (archives).

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Le chef par intérim du Service des incendies d'Ottawa, Paul Hutt, a mentionné sur Twitter, vendredi avant-midi, que les citoyens qui éprouvent le besoin d'avoir de l'aide à la suite de cet événement peuvent contacter la Ligne de détresse d'Ottawa en composant le 613 238-3311.

Plusieurs enquêtes en cours

La police d’Ottawa indique que le Bureau du commissaire des incendies (BCI) sera responsable de déterminer l’origine et la cause de l’explosion et de l’incendie. De son côté, le Bureau du commissaire des incendies souligne, dans une déclaration écrite à CBC/Radio-Canada, avoir “été appelé à enquêter sur la cause, l’origine et les circonstances” de l’explosion.

À l’heure actuelle, le [Bureau du commissaire des incendies] a dépêché une équipe comprenant des enquêteurs sur les incendies, des ingénieurs et du personnel de l’unité de préparation et d’intervention en cas d’urgence, est-il écrit.

Le Bureau du commissaire des incendies ajoute que l’enquête sera lancée lorsque le Service des incendies d’Ottawa aura déterminé que les lieux sont sécuritaires et précise que pour le moment, il est trop tôt pour émettre des commentaires sur la situation et notre enquête en cours.

Un policier du Service de police d'Ottawa, les yeux fermés, tête vers le bas.

Un policier du Service de police d'Ottawa pendant le point de presse tenu au lendemain de l'explosion et de l'incendie au 1995, chemin Merivale, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Du côté de la police d’Ottawa, l’Unité des incendies criminels agira à titre d’agent du coroner et sera l’unité d’enquête principale du Service de police d'Ottawa, peut-on lire dans le communiqué envoyé par le corps policier, vendredi avant-midi.

Ce même communiqué indique aussi que le Service des incendies d’Ottawa sera responsable d’assurer la sécurité sur les lieux et fournira un soutien logistique.

Le Bureau du coroner en chef de l’Ontario dit appuyer les services de police et des incendies d’Ottawa dans leur enquête.

Une enquête sera aussi menée en parallèle par le ministère du Travail, de la Formation et du Développement des compétences de l’Ontario.

Panneau extérieur avec le logo de la compagnie Eastway Tank.

Une explosion et un incendie se sont produits jeudi après-midi sur le site de l'entreprise Eastway Tank, situé au 1995, chemin Merivale, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Pas de risque pour les résidents, dit le ministère de l'Environnement

En fin de journée, dans une réponse écrite, le ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs a confirmé que de l’eau d'extinction d'incendie contaminée se trouve sur le site.

Le Ministère précise toutefois qu’elle a été confinée dans les environs immédiats et dans le fossé nord du corridor ferroviaire.

Les efforts de nettoyage le long du corridor ferroviaire et des égouts municipaux environnants sont en cours, indique le Ministère. Une fois que le commissaire des incendies de l'Ontario, le Service de police d'Ottawa, le Service des incendies d'Ottawa et le ministère du Travail auront terminé leurs enquêtes et libéré le site, le Ministère continuera son évaluation environnementale du site et veillera à ce que le nettoyage soit terminé dès que possible.

La province ajoute toutefois que le fait que le sol soit gelé et que l’eau de l’incendie ait été confinée, ainsi que les efforts de récupération de celle-ci, par la suite, a considérablement réduit la probabilité que la contamination atteigne la nappe phréatique et pénètre dans les puits d'eau potable locaux.

Le Ministère a rencontré des représentants de Santé publique Ottawa, aujourd'hui, pour discuter des risques potentiels pour les puits privés et a déterminé que les risques environnementaux pour la communauté résidentielle voisine sont faibles, écrit le Ministère.

La compagnie Eastway Tank veut faire la lumière sur l'incident

Dans une déclaration par courriel envoyée à CBC/Radio-Canada, le président et propriétaire de l'entreprise Eastway Tank, Neil Greene, affirme que c’est avec une grande tristesse que nous avons appris que l’un de nos collègues a péri à la suite de la tragique explosion, dont cinq sont toujours portés disparus et un est à l’hôpital.

« Je suis complètement dévasté. Aux familles de notre collègue décédé et à tous nos employés, sachez que Eastway Tank sera là pour vous au cours des semaines et des mois à venir. Mes plus sincères condoléances à vous tous. »

— Une citation de  Neil Greene, président et propriétaire de la firme Eastway Tank

Nous demeurons en contact étroit avec les enquêteurs et nous collaborerons avec les autorités dans toutes les enquêtes qui suivront. Nous voulons aller au fond des choses, peut-on lire dans la déclaration.

Des conseillers municipaux réagissent

Le conseiller municipal du quartier Knoxdale-Merivale, Keith Egli, où se sont produits l’explosion et l’incendie, a dit ne pas avoir les mots pour décrire la situation.

J’étais au site de réunification des familles dans une église locale. [...] Tout le monde est affecté par la situation. Tout le monde se sent si mal pour les familles, pour les employés, a-t-il expliqué en entrevue à CBC.

Un édifice vu de l'extérieur, en hiver.

L'extérieur du Centre de réunification familiale, situé au 205 chemin Greenbank.

Photo : Radio-Canada / Guy Quenneville

Le conseiller municipal du quartier Beacon Hill-Cyrville, Tim Tierney, se trouvait à un coin de rue du 1995, chemin Merivale au moment où est survenue l’explosion, jeudi après-midi. J’étais à l’un de nos entrepôts de sel pour discuter de la prochaine saison hivernale, a-t-il dit en entrevue à CBC, vendredi.

« En marchant vers mon véhicule, il était environ 13 h 30 [jeudi], j’ai cru qu’il y avait un tremblement de terre. C’était très violent. Le sol bougeait et ensuite, j’ai entendu un "bang". Un "bang" très fort. Après, j’ai vu de la fumée dans le ciel et je savais, à ce moment-là, qu’une catastrophe venait de se produire. »

— Une citation de  Tim Tierney, conseiller municipal du quartier Beacon Hill-Cyrville, à Ottawa

J’ai la chair de poule juste à y penser, a-t-il commenté.

Matt Luloff est tout aussi ébranlé. Le conseiller municipal d'Orléans et président du Comité des services communautaires et de protection de la Ville d’Ottawa a tenu à remercier les équipes d'urgence et le personnel médical pour leur intervention sur les lieux du drame, auprès des victimes.

« C'était une scène tragique hier. Mon cœur est brisé pour les familles affectées par cette tragédie. »

— Une citation de  Matt Luloff, conseiller municipal d'Orléans

Avec les informations de Frédéric Pepin et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !