•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un comité créé à Dolbeau-Mistassini devant le risque de perdre le service de taxis

Un taxi qui roule sur une route enneigée.

Le copropriétaire Jean-Marc Bélisle se donne jusqu’au 1er avril pour trouver un acheteur à qui vendre sa compagnie de taxis ou liquider ses actifs.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Radio-Canada

Le maire de Dolbeau-Mistassini met en place une cellule de crise pour éviter que ses concitoyens ne se retrouvent sans service de taxis au printemps.

Le propriétaire de la seule entreprise qui offre ce service, Taxis Jean-Marc Bélisle et Isabelle Landry, a l’intention de fermer boutique en avril ou de vendre d'ici là.

Ce n'est pas une question de santé financière. L'entreprise va bien, qui fait vivre la famille, mais c'est une question de santé personnelle qui nous fait prendre cette décision d'arrêter les opérations, a dit le copropriétaire Jean-Marc Bélisle, qui assure que des acheteurs se sont déjà montrés intéressés..

Un homme pose à côté d'un taxi dans un garage.

Le copropriétaire Jean-Marc Bélisle se donne jusqu’au 1er avril pour trouver un acheteur à qui vendre sa compagnie de taxis ou liquider ses actifs.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Le maire André Guy prend la chose très au sérieux, surtout que sa ville n’est pas desservie par un service de transport en commun traditionnel. Le problème sera soumis au comité responsable du développement industriel.

C’est un service qui est essentiel. Il va falloir trouver absolument, en attendant d’avoir un acheteur éventuel, un plan de relève, un plan intermédiaire, un genre de comité qui va s’occuper de trouver des conducteurs ou des gens intéressés à offrir ce service, a expliqué le maire en entrevue à l'émission C'est jamais pareil.

Un homme devant la mairie de Dolbeau-Mistassini l'hiver.

Le maire de Dolbeau-Mistassini, André Guy

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

André Guy reconnaît que les propriétaires de taxis ont perdu beaucoup de clients depuis la fermeture des bars. Il croit malgré tout que sa ville ne peut se passer d’un tel service.

Une alternative

Actuellement, dans la municipalité, il y a aussi l'organisme Maria Express qui offre un service de transport collectif par taxi.

Nous, on a plus des étudiants, des travailleurs. Nos services s'arrêtent à 22 h le soir. On ne fait pas les bars et ainsi de suite. On a de la place pour les deux au niveau de Dolbeau-Mistassini. La demande est assez forte pour ça. Nous on fait une moyenne de 85 à 90 transports par jour, je présume qu'il devait en faire autant, a estimé la directrice générale de Maria Express, Bienka Corneau, à propos de Taxis Jean-Marc Bélisle et Isabelle Landry.

Toutefois, pour ce service, les clients doivent réserver à l'avance, plutôt qu'appeler directement lorsque le besoin se présente.

Un dépliant tenu devant une affiche.

Le service de transport collectif Maria Express a connu une augmentation importante au cours des dernières années à Dolbeau-Mistassini.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Maria Express croit pouvoir combler une partie des besoins laissés par une éventuelle disparition de l'entreprise. Son service de ligne verte peut répondre aux besoins d'une partie de la population.

Ça se trouve à être une navette qui fait Normandin, Albanel, Dolbeau-MIstassini et vice et versa. Ça c'est 5 $ par personne, donc ce n'est pas cher pour les travailleurs ou ceux qui ont des rendez-vous à l'hôpital, a poursuivi Mme Corneau.

Une femme au téléphone devant un ordinateur.

La directrice générale de Maria Express, Bienka Corneau est prête à accueillir de nouveaux clients.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Depuis sa création en 2017, ce service de transport collectif a connu une progression importante. Maria Express compte actuellement plus de 800 membres sur le territoire.

Avec des informations de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !