•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet domiciliaire à Dartmouth en N.-É. menace un marais

Le plan du projet.

Le complexe résidentiel prévu sur une surface de 45 hectares serait situé entre le parc industriel Woodside et l'autoroute111 près de la sortie Mount Hope à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Clayton Developments Limited

Radio-Canada

Mardi, le conseil régional d'Halifax a accepté de lancer un processus d'entente pour le developpement de 45 hectares de terrain entre le parc industriel Woodside et la route 111, à Dartmouth en Nouvelle-Écosse.

Le promoteur immobilier veut construire 700 unités de logements accessibles aux personnes à revenu moyen dans ce que les résidents appellent la zone humide d'Eisner Cove.

C'est un endroit spécial avec un mélange d'arbres, de fougères et d'animaux sauvages. C'est tout simplement magnifique de s'y promener, dit Susan Van Iderstine.

Le promoteur prévoit conserver la zone humide comme élément d'espace vert et y créer des sentiers. La résidente de Dartmouth apprécie l’effort, mais elle ne croit pas que ce sera suffisant pour préserver l’endroit.

La zone boisée des deux côtés où ils prévoient construire est ce qui se déverse dans la zone humide, explique la résidente.

« C'est ce qui cré ces cours d'eau vierge qui soutiennent la faune et la flore. »

— Une citation de  Susan Van Iderstine, résidente de Dartmouth

Ça ne va pas survivre, renchérit David Patriquin, un professeur de biologie à la retraite.

Il a visité le site à plusieurs reprises et il dit qu’il ne s'agit pas seulement d'un milieu humide, mais de tout un système de cours d'eau.

Il ne croit pas que l'élargissement de la zone tampon arriverait à protéger la zone.

Il y a des terrains en pente assez abrupte de chaque côté, et c'est là où ils veulent construire, donc je ne pense pas qu'il ait une chance, explique David Patriquin qui est aussi membre de la Société de la flore sauvage de la Nouvelle-Écosse.

Il s’inquiète entre autres, de tout le sel qui sera mis sur les nouvelles routes et donc introduit dans les cours d'eau.

Vous ne pouvez pas filtrer ça avec une zone tampon, ça traverse tout.

Consultations publiques

Susan Van Iderstine a écrit aux autorités municipales, au premier ministre et au ministre de l'Environnement pour faire part de ses préoccupations.

Elle espère que le processus d'accord de développement va permettre au public de fournir des commentaires significatifs.

Le conseiller de la région, Sam Austin, a demandé aux urbanistes quelle était la participation du public à cette proposition.

Il y a beaucoup d'intérêt pour le projet dans la zone plus large, donc la notification devrait être plus au niveau du quartier,dit le conseiller.

Les planificateurs ont dit qu'ils envisageaient une zone assez vaste pour les envois postaux.

Avec des informations de Pam Berman, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !