•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le masque médical aussi efficace que le N95 en « contextes de travail réels »

Un masque N95

« Les études suggèrent que l’adhésion est meilleure pour le masque médical que pour le N95, possiblement parce que le N95 est associé à plus d’inconforts », écrit l'INSPQ.

Photo : The Canadian Press / Nathan Denette

Radio-Canada

Une nouvelle publication de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) vient justifier le refus du gouvernement Legault de fournir des masques N95 aux enseignants de niveau primaire et secondaire qui renoueront avec la présence en classe de leurs élèves lundi.

Le document, rendu public jeudi (Nouvelle fenêtre), indique que, selon une revue de littérature réalisée avant la déferlante du variant Omicron, le masque N95, à la condition d'être bien porté et ajusté, est plus efficace que le masque médical pour réduire l'exposition aux aérosols de petite taille, selon les données de tests expérimentaux en laboratoire.

Toutefois, dans des contextes de travail réels, les deux masques sont efficaces pour prévenir l’infection du SRAS-CoV-2 et les connaissances scientifiques ne permettent pas de démontrer que l’un est supérieur à l’autre, affirment les auteurs de la publication.

Cet avis est partagé par le directeur national de santé publique par intérim, le Dr Luc Boileau, qui a déclaré jeudi – comme l'avait déjà fait son prédécesseur, Horacio Arruda – que le port du masque N95 n'était pas plus sécuritaire qu'un masque médical pour le personnel des écoles et des garderies.

Dans les milieux scolaires, il n'y a pas de motif de croire qu'il y aurait un avantage [sur d'autres types de masques], a-t-il assuré, lors d'une conférence de presse aux côtés du premier ministre François Legault et du ministre de l'Éducation Jean-François Roberge, notamment.

« Non, ce ne serait pas vraiment plus sécuritaire. »

— Une citation de  Le Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique par intérim

En fait, les études suggèrent même que l’adhésion est meilleure pour le masque médical que pour le N95, possiblement parce que le N95 est associé à plus d’inconforts, écrit l'Institut national de santé publique du Québec dans sa publication de jeudi.

Plusieurs organisations réclamaient pourtant la distribution massive de masques N95 aux enseignants en vue de la rentrée de lundi, qui a été confirmée mercredi soir par le premier ministre sur sa page Facebook.

C'était le cas des partis d'opposition à l'Assemblée nationale, mais aussi, et surtout, des syndicats d'enseignants et d'éducatrices en service de garde (Confédération des syndicats nationaux, Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, Centrale des syndicats du Québec, Fédération autonome de l'enseignement, etc.), qui réclamaient un traitement équivalant à celui dont bénéficient les travailleurs de la santé.

Dans les faits, seuls les enseignants des écoles spécialisées – qui s'apparentent plus à des milieux de soins, comme l'a fait remarqué le Dr Boileau jeudi – recevront du gouvernement du Québec des masques N95.

Des stratégies différentes

Au Canada, les approches varient d'une province à l'autre en ce qui concerne la distribution de masques N95 à la population.

L'Ontario, par exemple, a décidé de distribuer ce type de masques aux enseignants et aux autres employés des écoles, mais les élèves devront se contenter de couvre-visages en tissu de trois épaisseurs.

La médecin hygiéniste en chef de l’Alberta, la Dre Deena Hinshaw, ne recommande pas le port des masques N95 dans les écoles, alors que le Manitoba, lui, a carrément décidé d'en distribuer gratuitement à sa population.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !