•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Padre, une nouvelle série franco-canadienne pas toujours catholique

Un homme assis dans une église.

Le comédien Maxime Denommée incarne le Padre dans la série du même nom.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gautier

Radio-Canada

Le comédien québécois Maxime Denommée est la tête d'affiche d'une série télé intitulée Padre, dont le tournage est en cours dans une église de Winnipeg, au Manitoba.

La Manitobaine Danielle Sturk et le Québécois Jim Donovan sont les réalisateurs des 13 épisodes de cette coproduction Manitoba/Québec qui réunit des comédiens de partout au pays.

« Les comédiens viennent de Montréal, de Toronto, de Vancouver et du Manitoba. C’est la première fois que le comédien Maxime Denommée vient au Manitoba. »

— Une citation de  Danielle Sturk, réalisatrice
Femme debout dans une église.

Danielle Sturk réalise la série « Padre » avec Jim Donovan.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gautier

Un prêtre aux méthodes peu orthodoxes

L’histoire basée sur une idée originale d’Alberto Simone, est celle d'un homme qui s'appelle David Lacombe, alias le Padre. C'est un prêtre montréalais au passé trouble qui est envoyé dans une église désœuvrée au Manitoba.

Incarné par Maxime Denommée, le Padre est un personnage complexe. Il est envoyé dans cette église pour se refaire mais c'est aussi une église abandonnée depuis 10 ans... Il est là aussi pour éloigner les squatteurs parce que les squatteurs ont envahi le lieu, mais c'est un peu le contraire qui se produit, parce qu'au lieu de faire fuir les gens, il les attire. Il a un don d'empathie avec ses pénitents.

Un homme assis sur un banc.

Le comédien Maxime Denommée dans le rôle de David Lacombe, alias le Padre.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gautier

Un message spirituel

Pour Danielle Sturk, le message de la série relève de l’humain. Pour moi, c'est de comprendre les êtres humains. On a tous des failles, des problématiques. Pour moi, aussi, la santé mentale est très importante. Tout le monde qui arrive dans l'église a une difficulté psychologique émotive relationnelle, soit avec eux-mêmes, soit avec quelqu’un d’autre.

Le prêtre fait des rencontres qui l'aident à comprendre. Par la force de son écoute, il aide les autres, mais il se sauve aussi lui-même.

Le message de la série se veut davantage spirituel que religieux, centré sur le pouvoir de l’empathie et du pardon. Avec sa grande écoute et son savoir-faire, le Padre arrive à aider les gens, à comprendre comment faire pour améliorer leur situation, confie Danielle Sturk.

« Lui-même doute de l'existence du Dieu de la religion catholique. La seule chose sur laquelle repose sa foi, ce sont les échanges qu'il a avec ces gens-là. »

— Une citation de  Maxime Denommée, comédien

Chaque épisode raconte une histoire

Chaque épisode correspond à une rencontre et à une problématique.

Un des épisodes met en scène une jeune comédienne de 14 ans. La Franco-Manitobaine Alice Mollot interprète le rôle de Léonie, une jeune transgenre. Le prêtre aide un peu Léonie à accepter qu'elle a le droit d'être joyeux même s'il n’est plus une fille et même s'il ne se réfère pas au genre qu'il avait quand il est né, confie la jeune comédienne.

Jeune fille assise sur un banc dans une église.

Alice Mollot dans le rôle de Léonie.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Gautier

Chaque épisode correspond également à une longue scène, ce qui fait aussi la particularité de cette série, explique Maxime Denommée. Ce qui est particulier, c’est que les trois quarts d’un épisode, c’est une scène, mais comme je viens du théâtre, j’aime beaucoup ce genre de défi.

L’endroit où a lieu le tournage représente aussi un défi. Le tournage se déroule sur six semaines dans un seul lieu clos, une église d'où le Padre ne sort jamais, car il a peur de sortir.

« On va découvrir au fur et à mesure pourquoi il a peur de sortir. »

— Une citation de  Maxime Denommée, comédien

Ce huis clos permet d’explorer chaque recoin de l’espace et nous force à être plus créatifs, confie pour sa part Danielle Sturk.

La première saison de Padre, coproduite par Les Productions Rivard du Manitoba et les Productions ToRoS du Québec, sera diffusée sur la chaîne Unis TV à l’automne 2022.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.