•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au Yukon, six écoles basculent vers l’apprentissage virtuel

Plan extérieur de l'école de Ross River

L'école de Ross River figure parmi les six écoles du Yukon qui fournissent un enseignement à distance de façon temporaire.

Photo : Radio-Canada / Nancy Thompson

Radio-Canada

Six écoles du territoire ou certaines de leurs classes ont dû basculer vers l’enseignement à distance à cause d’un manque de personnel, rapporte le gouvernement. Parmi elles, il y a quatre écoles de Whitehorse.

Dans une lettre envoyée aux parents et au personnel des écoles, Ryan Sikkes, le sous-ministre adjoint des services scolaires, affirme s’attendre à ce que d’autres écoles emboîtent le pas pour de courtes périodes si elles se retrouvent dans la même situation.

Actuellement, les écoles élémentaires Elijah Smith, Golden Horn, Jack Hulland et Selkirk (le cours d'anglais de première et deuxième année seulement) de Whitehorse sont en apprentissage virtuel, soit partiel soit total. C’est aussi le cas de l’école J.V. Clark (seule la portion élémentaire) de Mayo et de l’école de Ross River.

Le retour à l’apprentissage en personne devrait se faire le 18 ou le 19 janvier pour ces établissements.

Marc Champagne, directeur général de la Commission scolaire francophone du Yuk

Sur son site Internet, le gouvernement affirme aussi que certains élèves peuvent continuer à assister aux classes en personne. C’est le cas des enfants des travailleurs essentiels, des enfants avec des besoins spécifiques ou encore des élèves de programmes de ressources partagées.

Le sous-ministre précise dans sa lettre que les parents et les employés n’ont pas à informer l’école ou ceux qui la fréquentent en cas de résultat positif à un dépistage de la COVID-19.

Si vous communiquez avec votre école pour signaler une absence et que vous avez besoin d’aide pour l’école à distance, vous pouvez simplement indiquer à l’école que c’est pour cause de maladie.

M. Sikkes explique que cela signifie que la gestion individuelle des cas et des contacts est abandonnée au profit de la surveillance en milieu scolaire.

Les écoles quant à elles ne peuvent transmettre les coordonnées personnelles d’une personne infectée qui aurait signalé un résultat positif.

Alors que le gouvernement a cessé de publier des avis d’exposition puisqu'il considère qu’une transmission communautaire a lieu sur le territoire, les avis concernant les écoles et les garderies continueront d’être mis à jour ici (Nouvelle fenêtre).

Mercredi, la médecin hygiéniste en chef par intérim du Yukon, Catherine Elliot, a affirmé s’attendre à une hausse continue des infections et hospitalisations. En date du 12 janvier, deux personnes se trouvaient à l'hôpital à cause la COVID-19.

Les élèves avaient repris l’école en présentiel le 3 janvier, alors que la Dre Elliott avait affirmé la semaine dernière que le niveau de risque dans les écoles est acceptable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !