•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des démarches judiciaires lancées par Le Plateau contre le voisin de La Tulipe

La façade la salle de spectacle en plein jour.

La salle de spectacle La Tulipe

Photo : Page Facebook de La Tulipe

Radio-Canada

Le conseil d’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, à Montréal, a formellement mandaté, jeudi, le Service des affaires juridiques de la Ville de lancer des recours judiciaires à l’égard du voisin de La Tulipe, qui a envoyé une demande d'injonction à la salle de spectacle de l'avenue Papineau.

La Tulipe est une institution culturelle mythique pour Montréal, a déclaré le maire d’arrondissement, Luc Rabouin, en entrevue à Radio-Canada. On démontre aujourd’hui qu’on est très sérieux et ferme dans notre résolution de préserver La Tulipe.

L’arrondissement du Plateau-Mont-Royal a pris cette décision afin de faire cesser l’occupation illégale du bâtiment jouxtant La Tulipe.

En décembre dernier, La Tribu, propriétaire de la salle de spectacle, a lancé un appel à l’aide sur les réseaux sociaux en expliquant avoir reçu une demande d’injonction d’un voisin qui exige que cesse tout bruit venant de La Tulipe.

Ce voisin, Pierre-Yves Beaudoin, a racheté l’immeuble voisin de La Tulipe et a transformé cet espace commercial en résidence. Depuis, il se plaint du bruit et a donc lancé des démarches judiciaires à l’encontre de La Tribu. L’audience qui devait avoir lieu le 21 décembre, à laquelle le conseil d’arrondissement devait participer en tant que témoin, a été reportée afin que les parties impliquées tentent de trouver une solution.

Corriger une erreur

En parallèle, Pierre-Yves Beaudoin fait aussi l’objet d’une action judiciaire. En effet, si la Ville de Montréal lui a bien accordé un permis pour transformer son immeuble d’un espace commercial à une résidence, elle n’aurait pas dû. La réglementation du Plateau-Mont-Royal interdit en effet le changement d’usage du commercial au résidentiel pour les espaces jouxtant une salle de spectacle ou un bar.

Luc Rabouin reconnaît que la Ville a commis une erreur. Dans toutes les organisations, il y a parfois des erreurs. Notre travail est d’essayer de limiter le plus possible les erreurs et de les corriger quand il y en a.

En août, l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal a donc envoyé à M. Beaudoin un avis pour lui demander de cesser l’usage illégal de son édifice.

Le 9 décembre, il nous a répondu qu’il n’était pas question qu’il quitte le local et qu’il réfutait notre analyse selon laquelle il n’avait pas le droit de l’utiliser à des fins de logement.

Le 15 décembre, l’arrondissement lui a envoyé une mise en demeure l’avisant qu’il allait entreprendre des démarches judiciaires si l’usage illégal du local ne cessait pas. Ce sont donc ces démarches qui ont été entreprises jeudi.

Une rencontre prévue avec les autres salles de spectacle

Pour éviter des problèmes similaires ailleurs sur Le Plateau-Mont-Royal, Luc Rabouin rencontrera, le 4 février, les salles de spectacle indépendantes installées dans ce quartier montréalais.

Il pourrait y avoir d’autres situations où des voisins se plaignent du bruit. Donc, on voudrait prévenir de prochaines tensions, a-t-il précisé au sujet de cette réunion organisée en collaboration avec le réseau des Scènes de musique alternatives du Québec (SMAQ).

On va discuter de comment on peut assurer que Le Plateau demeure un territoire dynamique pour la culture émergente et mettre en place des mécanismes plus solides pour assurer la pérennité des salles tout en préservant des milieux de vie de qualité pour les citoyens et les citoyennes.

Avec les informations de Kim Vermette

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.