•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pénurie de main-d’œuvre en tête des préoccupations des entreprises

Un patron parle avec son employée dans une usine.

Les entreprises de la région de Québec demeurent néanmoins généralement optimistes pour 2022.

Photo : iStock

Les problèmes de recrutement d’employés sont toujours la principale préoccupation des entreprises de la région de Québec pour l’année 2022 qui débute à peine.

Avec un taux de chômage de 2,6 %, le plus bas au Canada, la pénurie de main-d’œuvre n’est pas en voie de se résorber. Selon un sondage réalisé par la Chambre de commerce et d'industrie (Chambre de commerce et d'industrie) de Québec et Québec international, il s’agit du principal souci de plus de la moitié des dirigeants d’entreprises. Elles sont 88 % à affirmer avoir des problèmes de recrutement.

À noter que ce sondage a été réalisé du 29 novembre au 16 décembre, soit juste avant la hausse vertigineuse des cas de COVID-19 et l’imposition de nouvelles mesures sanitaires.

Selon le président-directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie, Steve Lavoie, encore plus de gestionnaires seraient préoccupés par la pénurie de personnel. La situation s'est dégradée depuis 1 an et présentement avec Omicron, il manque encore plus de monde.

Steeve Lavoie, président et chef de la direction de la CCIQ, à l'issue du discours de Régis Labeaume.

Steeve Lavoie, président et chef de la direction de la CCIQ (archives)

Photo : Radio-Canada

« Avec Omicron qui perdent des gens qui sont obligés de rester à la maison, c'est décuplé présentement. »

— Une citation de  Steve Lavoie, PDG de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec

Optimisme et investissements

Malgré la pandémie qui perdure, les dirigeants d’entreprises sont plus optimistes pour 2022 qu’ils ne l’étaient pour 2021, à 72 % contre 60 % pour l’an dernier.

Steve Lavoie analyse que le variant Omicron ne sera probablement pas de nature à miner l’optimisme des entreprises pour l’ensemble de l’année qui s’amorce. Omicron c'est passager, c'est ponctuel. Si on se fie aux quatre vagues d'avant, après quelques semaines ou quelques mois, la réalité va revenir.

Bien que le niveau d’optimisme demeure relativement élevé chez les entreprises, la chambre de commerce note une grande disparité entre les secteurs qui vont très bien, voir qui ont profité de la pandémie, et ceux qui vont très mal, soit les plus touchées par les mesures sanitaires.

Steve Lavoie est plutôt pessimiste pour les secteurs de la restauration et de l’hôtellerie qui, lors de chaque vague, sont maintenus sur le respirateur artificiel par les programmes gouvernementaux. On va avoir beaucoup de faillites et de fermetures dans les deux prochaines années dans ces secteurs-là. On n’a rien vu encore, prédit le président de la chambre de commerce.

Méthodologie :

Le sondage a été mené sur le web par la firme Léger auprès de 369 gestionnaires et dirigeants d'entreprise de la Capitale-Nationale du 29 novembre au 16 décembre 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !