•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 progresse dans les centres de soins de longue durée en Alberta

L'intérieur d'un centre de soins de longue durée.

Si plusieurs cas de COVID-19 sont répertoriés dans les centres de soins de longue durée et les résidences pour personnes semi-autonomes, les intervenants du milieu affirment que la situation est moins grave que lors des vagues précédentes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le nombre de cas de la COVID-19 continue de grimper dans les centres de soins de longue durée et les résidences pour les personnes semi-autonomes en Alberta. Plus de 180 établissements sont présentement aux prises avec des éclosions.

De ce que j’en comprends, il y a plus de 1500 cas actifs dans ces centres, affirme Wayne Morishita, directeur général de l’association de soins de longue durée de l'Alberta.

Nous avons des éclosions dans la plupart de nos installations. Et Omicron est certainement dans toutes ces installations, indique quant à lui Mike Conroy, président de la Fondation Brenda Stafford qui gère plusieurs centres de soins à Calgary.

Si plusieurs centres de soins de longue durée et de résidences pour personnes semi-autonomes doivent faire face à une montée des cas de COVID-19, la situation n’est toutefois pas aussi alarmante qu’elle pouvait l’être auparavant affirment les intervenants. Nous constatons des symptômes beaucoup plus légers, tant pour nos résidents que pour le personnel , spécifie Mike Conroy.

« Puisque notre groupe de population est le plus vulnérable, il a été le premier à être vacciné. Et par conséquent, les vagues suivantes n'ont pas été aussi graves que la deuxième vague. »

— Une citation de  Wayne Morishita, directeur général, association de soins de longue durée de l'Alberta

Wayne Morishita abonde dans le même sens : La gravité est moindre que lors des vagues précédentes. Lors de la deuxième vague, avant la sortie du vaccin, notre secteur a été particulièrement touché , explique-t-il.

Wayne Morishita croit que les éclosions dans les résidences et les centres de soins de longue durée dépendent surtout de la progression de la pandémie en général. Nous sommes soumis à tout ce qui se passe dans la communauté. Nous voyons ces éclosions survenir dans la communauté de manière exponentielle, donc, nous voyons la même chose dans nos établissements , remarque-t-il.

Un manque d’employés qui inquiète

Bien que les intervenants du milieu surveillent la santé de leurs résidents de près, ils s'inquiètent surtout du manque d’employés.

Le niveau de préoccupation concerne surtout le nombre d’employés [...] Notre manque de personnel est un problème auquel nous devons nous attaquer en tant qu’industrie pour attirer davantage de personnes dans notre secteur, mais aussi pour disposer des fonds nécessaires afin d'avoir un niveau de ressources adéquat , remarque Wayne Morishita.

« La qualité des soins dans nos sites pourrait être mise à rude épreuve si le personnel est réduit de façon importante. »

— Une citation de  Wayne Morishita, directeur général, association de soins de longue durée de l'Alberta

Mike Conroy dresse un portrait similaire de la situation en indiquant que si un grand nombre d'employés doivent rentrer chez eux, quel que soit le faible niveau de symptômes, cela affecte la main-d'œuvre .

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !