•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’intérêt renouvelé pour la lecture

Une résurgence qui tombe à point pour la librairie Pantoute, qui célèbre ses 50 ans en 2022

Un libraire replace un livre dans les rayons.

Marco Duchesne, libraire chez Pantoute.

Photo : Radio-Canada / Tanya Beaumont

La pandémie a causé un engouement nouveau pour la lecture. Les gens se sont tournés vers les livres comme valeur sûre pour occuper les confinements. C’est ce qu’on constate à la librairie Pantoute, une indépendante qui a bénéficié de la situation.

Avec la COVID-19, le directeur de la succursale de Saint-Roch Benoît Vanbeselaere, qui est également responsable des communications, s’attendait à des années difficiles, surtout pour la succursale du Vieux-Québec, située dans un quartier touristique. C’est finalement tout le contraire.

Depuis mars 2020, Pantoute a vécu une véritable explosion de ses ventes en ligne. Les achats en ligne ont permis à la librairie d’acquérir de nouveaux clients. Maintenant ils viennent en librairie pour recevoir les conseils d’une ou d’un libraire. Il y a des relations clients-libraires qui naissent avec ça, se réjouit Benoît Vanbeselaere.

Un escalier mène à la mezzanine de la libraire où les rayons sont chargés de livres.

La mezzanine de la succursale de la rue Saint-Jean

Photo : Radio-Canada / Tanya Beaumont

Si la pénurie de main-d'œuvre touche la majorité des secteurs, la librairie s’en sort plutôt bien. On a une équipe où se côtoient des jeunes personnes, des étudiants à temps partiel et on a des plus vieux librairies qui ont 40, 45 ans d’expérience, précise le directeur.

« La pénurie qui nous inquiète le plus, c’est celle de papier plus que celle des employés!  »

— Une citation de  Benoît Vanbeselaere, directeur de la succursale Saint-Roch et responsable des communications

Les réimpressions et les importations de livres subissent d’importants délais depuis plusieurs mois, en raison de cette pénurie.

50 ans pour la librairie Pantoute

Ce n’est pas d’hier que la librairie Pantoute opère en s'appuyant sur le principe de mettre le bon livre entre les bonnes mains. Contrairement aux deux dernières années, les vents n’ont cependant pas toujours été favorables pour cette véritable institution du milieu littéraire à Québec.


Ses débuts ont été modestes, il y a 50 ans. Une toute petite librairie de livres usagés. C’est ainsi que Pantoute a commencé. Le fondateur Denis Lebrun avait demandé à son entourage de vider quelques tablettes de leur bibliothèque pour démarrer l’entreprise en 1972.

Mais d’où vient ce curieux nom, Pantoute? Je m’attendais pas à ce que ça devienne une grosse librairie, avoir su, je n’aurais peut-être pas choisi ce nom-là, rigole M. Lebrun. Le mot pantoute est un genre de pied de nez. C’était une période où il y avait beaucoup de mouvements politiques. Je faisais partie de ceux qui protestaient souvent!

La porte extérieure du commerce, en hiver.

La succursale de la librairie Pantoute, en basse-ville

Photo : Radio-Canada / Tanya Beaumont

Le nom du commerce choisi à l’époque est pourtant toujours pertinent aujourd'hui. Benoît Vanbeselaere, responsable des communications de la librairie et directeur de la librairie du quartier Saint-Roch, trouve que les valeurs de cette époque sont toujours mises de l’avant. On essaie d’être toujours novateur, on est dans l’inclusion. On est un peu à gauche si je puis dire, précise M. Vanbeselaere.

Après une dizaine d’agrandissements et de déménagements, Pantoute s’est installé sur la rue Saint-Jean en 1985. La deuxième succursale de la rue Saint-Joseph, dans le quartier Saint-Roch, a ouvert ses portes en 2001. On avait l’intention de faire plus de service aux institutions. Ça nous permettait d’avoir un plus grand local, explique M. Lebrun.

Un escalier en colimaçon est au fond de la librairie.

La succursale de la rue Saint-Jean

Photo : Radio-Canada / Tanya Beaumont

Pour l’amour des livres… et des lecteurs

La relation avec le client est réellement importante chez Pantoute. C’est ce qui explique sa pérennité. Le sentiment d'appartenance des visiteurs est fort envers la boutique. On est la librairie des gens. Les clients disent : ''Pantoute, c’est ma librairie'', raconte le directeur de succursale de Saint-Roch.

Certains clients ont même une relation bien particulière avec le commerce. À la fin des années 1970, les meilleurs clients ont racheté des parts pour soutenir la librairie, à ce moment-là, explique Benoît Vanbeselaere. Depuis le départ à la retraite de l’ancien propriétaire Denis Lebrun, les employés ont repris la tête de l’entreprise en formant une coopérative de travailleurs actionnaires.

« On est porté vraiment à la fois par la passion des librairies et par l’amour du livre.  »

— Une citation de  Benoît Vanbeselaere, directeur de la succursale Saint-Roch et responsable des communications

Les festivités du cinquantième anniversaire s'étalent sur toute l’année pour culminer en décembre. On pense faire chaque mois des petites actions, des petits concours, mentionne le responsable des communications.

L’équipe de Pantoute tient à gâter la clientèle fidèle, mais aussi à souligner l’implication des libraires et du milieu littéraire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !