•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’arriéré de chirurgies continue d’augmenter malgré la création du groupe de travail

Des chirurgiens opèrent un patient dans une salle d'opération.

Une situation en partie attribuable au nombre de cas de COVID-19 en augmentation ainsi qu'au nombre grandissant de personnel soignant en arrêt maladie ou en isolement.

Photo : Getty Images / Morsa Images

Radio-Canada

L'arriéré de procédures diagnostiques et chirurgicales a atteint un nouveau sommet au Manitoba. Depuis le mois dernier, 1204 procédures sont venues s’ajouter à ce bilan, pour un total de 153 320 interventions, et ce malgré la création par la province d’un groupe de travail pour résoudre le problème.

Les dernières données ont été publiées jeudi par Doctors Manitoba sur le tableau de bord en ligne de l'organisation. Le groupe a l'intention de le mettre à jour mensuellement jusqu'à ce que des rapports plus complets soient rendus disponibles par le système de santé lui-même.

Le docteur Kristjan Thompson, président de Doctors Manitoba et médecin urgentiste à l'Hôpital Saint-Boniface à Winnipeg, a tenu une conférence de presse jeudi.

Il n’y a vraiment aucune partie de notre système de santé qui ne ressent pas l’impact de la vague Omicron, déclare-t-il.

Il note que la plupart de ces estimations couvrent une période précédant la venue de la vague Omicron au Manitoba, et que celle-ci entraîne davantage de perturbations pour une variété de procédures. Le médecin s’attend à ce que l’arriéré prenne de l’ampleur.

Nous nous attendons à ça le mois prochain [...] il y aura une augmentation beaucoup plus importante, dit-il. Je veux souligner qu’il ne s’agit pas juste de chiffres. C’est 10 % de notre population.

Si vous n’êtes pas l’un des malheureux Manitobains en attente, alors vous avez presque certainement un ami, un membre de la famille, un proche qui attend dans la douleur, qui attend dans la peur ou l’incertitude, poursuit le Dr Thompson.

L'arriéré mis à jour fait état d'environ 42 524 procédures d'imagerie diagnostique (comme les IRM, les scanneurs et les échographies), ce qui représente une amélioration de 407 cas par rapport au mois dernier.

De même, on estime à 52 969 le nombre d'autres procédures de diagnostic (tests d'allergie, endoscopies, mammographies et études des troubles du sommeil), ce qui représente une amélioration de 55 cas.

Cependant, le nombre estimé d'opérations en retard, soit 57 827 cas, est en hausse de 1646 par rapport au mois dernier.

En chirurgie, le retard a augmenté en novembre pour les opérations cardiaques, de la hanche/du genou et autres, mais s'est légèrement amélioré pour les opérations de la cataracte.

Et dans le domaine de l'imagerie diagnostique, le retard a augmenté pour les études de perfusion myocardique et de densité osseuse, mais s'est amélioré pour l'IRM et l'échographie.

En ce qui concerne les autres procédures, le retard s'est accru pour les tests d'allergie et les endoscopies, mais s'est amélioré modestement pour les mammographies et les études du sommeil, selon le groupe.

Doctors Manitoba ajoute que le nombre de patients en augmentation est en cause, mais également l’augmentation de l'absentéisme des médecins et du personnel en raison de la maladie ou des exigences d'isolement.

Toujours selon le communiqué, cela a eu des répercussions sur l'accès aux lits d'hôpitaux, aux soins d'urgence, à la disponibilité des ambulances, aux services de consultations externes et aux cliniques médicales. Des perturbations et des pénuries de personnel ont aussi lieu dans de nombreux hôpitaux ruraux.

Les Manitobains sont encouragés à continuer à chercher des soins médicaux lorsqu'ils en ont besoin, mais ils doivent s'attendre à des temps d'attente et à des retards en raison de l'état actuel du système de santé, indique l’organisme.

Le Dr Thompson dit qu’il a été choqué par les commentaires des représentants de la province mercredi.

Le médecin hygiéniste en chef adjoint du Manitoba, Jazz Atwal, a affirmé en conférence de presse que chaque Manitobain sera vraisemblablement exposé au virus dans les prochaines semaines.

La première ministre du Manitoba Heather Stefanson a déclaré que le gouvernement ne peut pas protéger tout le monde. Vous savez, le monde doit apprendre à se protéger soi-même.

Kristjan Thompson dit que ce n’est pas le moment d’abandonner la lutte contre la COVID-19 et de se résigner à son sort.

Les Manitobains ont besoin d’espoir et nous devons absolument nous occuper les uns des autres. Les médecins au Manitoba ne vont pas vous abandonner, assure-t-il.

Avec les informations de Darren Bernhardt

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !