•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les livres autour du monde, avec Bruno Blanchet

Devant un palmier, l'homme tient un livre entre ses mains et regarde l'horizon.

Bruno Blanchet est membre du jury du Prix du récit Radio-Canada 2022.

Photo : Bruno Blanchet

Radio-Canada

« Il fait combien chez vous? », me nargue Bruno par vidéoconférence. C’est par cette allusion peu subtile à la différence de température entre Montréal et la Thaïlande – plus de 50 degrés Celsius – que commence l’entrevue. Après avoir discuté du plaisir qu’il a eu d’imiter Georges St-Pierre dans le Bye bye et du choc ressenti à la suite de l’annonce de la fin de District 31, il avoue qu’il est excité et content d’avoir été nommé juge pour le Prix du récit Radio-Canada. Entretien avec cet auteur, animateur, comédien, voyageur et grand lecteur.

Propos recueillis par Mylène Gagnon

Quel est ton livre québécois préféré?

J’ai beaucoup de difficulté à en choisir un. Prochain épisode, d'Hubert Aquin, m’a donné envie d’écrire, d’apprendre des mots, de recopier le dictionnaire à cause de son vocabulaire. Ça m’a fait comprendre que ce n’est pas parce qu’on vient du Québec qu’on ne peut pas avoir une culture plus universelle.

Recopier le dictionnaire?

Oui! J’avais commencé avec la lettre A, je copiais tous les mots que je ne connaissais pas. Je ne me suis jamais rendu à B. Je me disais : Il faut que je puisse écrire des mots comme "catafalque" et qu’on me demande "De quoi tu parles?"

J’étais en écriture de voyage quand j’ai lu Putain, de Nelly Arcan. Il a fallu que j’arrête de lire, parce que ça me bouleversait tellement. Qu’est-ce qu’on fait après avoir lu ça? Chaque fois que je vais mettre un point à une phrase, je vais me trouver tellement plate.

Y a-t-il un livre marquant que tu as lu quand tu étais jeune?

Les aventures de Tintin : les cigares du pharaon. Tintin m’a un peu formé, parce qu’il voyageait beaucoup; il était aventureux. Quand il découvre la porte dans le désert pour entrer dans la pyramide, je me suis dit : C’est ça que je veux faire dans la vie.

Demain matin, tu pars en voyage. Quels livres apportes-tu?

J’en apporterais un seul, parce que je l’échangerais avec un autre, que j’échangerais avec un autre. Ça n’a pas de bon sens tout ce que je manque en n’étant pas là! En ce moment, j’apporterais soit Femme forêt, d’Anaïs Barbeau-Lavalette, Mille secrets mille dangers, d’Alain Farah, Kukum, de Michel Jean, Là où je me terre, de Caroline Dawson, ou encore Du diesel dans les veines, de Serge Bouchard.

Est-ce qu’il y a des livres qui te rappellent une anecdote de voyage?

Oui! À Vancouver, j’ai trouvé un livre dans une poubelle qui a un peu changé ma vie. C’est un livre de Jiddu Krishnamurti, The Flight of the Eagle (Le vol de l'aigle). C’était une époque où j’étais sur le pouce, j’avais pas une cenne, j’étais malheureux. J’étais en train de me demander si je ne me trompais pas en faisant cette vie-là de vagabond que j’avais choisie. Ce livre-là m’a fait comprendre qu’il fallait que j’arrête de me battre avec mes démons.

Une autre fois, j’étais en Martinique pour tourner une série télé. Dans une ruelle, il y avait une murale avec un extrait du poème Calendrier lagunaire, d’Aimé Césaire. Ça a changé mon existence d’un seul coup, parce que je me suis aperçu que je ne m’étais pas ouvert ces portes-là de la poésie, l’enchantement. J’avais restreint ma création. Mon rapport à la création a ensuite changé.

« J’habite une blessure sacrée
j’habite des ancêtres imaginaires
j’habite un vouloir obscur
j’habite un long silence
j’habite une soif irrémédiable
j’habite un voyage de mille ans
j’habite une guerre de trois cent ans
j’habite un culte désaffecté entre bulbe et caïeu
j’habite l’espace inexploité »

— Une citation de  Extrait du poème « Calendrier lagunaire », d'Aimé Césaire

Véritable tremplin pour les écrivaines et écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits (histoires vécues), nouvelles et poèmes inédits soumis au concours.

Vous écrivez des récits? Envoyez-nous vos textes inédits d’ici le 28 février 2022!

Prix du récit inscrivez-vous maintenant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !