•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sécurité routière : des résidents du corridor de la route 11 exigent des solutions

Un camion de marchandises a pris feu sur la route 11.

Les fréquents accidents sur la route 11, dont plusieurs qui impliquent des semi-remorques, causent de plus en plus de stress pour les résidents du Nord de l'Ontario (archives).

Photo : Radio-Canada

Des voix continuent de s’élever dans le Nord-Est de l’Ontario pour demander au gouvernement provincial d’agir rapidement et concrètement pour améliorer la sécurité sur la route 11 au lendemain d’une journée où la circulation a été très perturbée.

Deux tronçons de cette route, qui fait partie du réseau de la Transcanadienne, ont été fermés pendant de nombreuses heures mercredi à la suite de collisions, dont une qui a causé la mort d’une personne près de Earlton, dans le district de Timiskaming.

Une autre collision, entre un véhicule utilitaire commercial et une semi-remorque près de Val Rita-Harty, a bloqué la circulation entre Hearst et Kapuskasing une bonne partie de la journée.

La Police provinciale de l’Ontario (PPO) poursuit ses enquêtes concernant ces deux collisions.

Au total, 4 collisions entraînant la fermeture de la route 11 ont eu lieu le mercredi 12 janvier, selon la Police provinciale de l'Ontario.

Ces incidents ont poussé à la mairesse de Val Rita-Harty, Johanne Baril, à prendre contact avec la province.

Je crois que c’était une réaction humaine, personnelle, de ma part, vu qu’il y a eu un accident très grave dans les limites de notre municipalité, raconte-t-elle. J’étais choquée. J’étais en peine.

Pancarte routière indiquant le village de Val Rita.

L'accident survenu le 12 décembre près de Val Rita n'a heureusement pas fait de victimes. Un conducteur a été transporté à l'hôpital pour des blessures qui ne mettent pas sa vie en danger.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

J’ai pris le téléphone et à travers mon réseau, le député [de Kenora—Rainy River], Greg Rickford, m’a rappelée sur mon cellulaire. Il était très attentif à la situation, surtout qu’hier il y a eu quatre accidents sur la route 11.

« J’ai été surprise par la réaction de M. Rickford, il semblait autant frustré que moi. »

— Une citation de  Johanne Baril, mairesse de Val Rita-Harty

M. Rickford, qui est ministre du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et de Forêts, a confirmé lors d’un point de presse jeudi qu’il était au courant de la situation et qu’il avait communiqué avec Mme Baril.

Le député de Kenora—Rainy River a indiqué qu’il discuterait avec la ministre des Transports, Caroline Mulroney.

Manque d’expérience et de formation

En plus d’être mairesse de Val Rita-Harty, Johanne Baril est aussi la présidente de l’Association des municipalités du Nord-Est de l’Ontario.

L’association est justement en train de rédiger un document avec de l’information et aussi de potentielles solutions pour en arriver à avoir une autoroute 11 plus sécuritaire pour les Ontariens, explique-t-elle.

Le mois dernier, le ministère des Transports a annoncé les emplacements potentiels d’un projet pilote pour tester sur la route 11 le modèle de route 2 + 1.

Une route à deux directions en Suède l'été, séparée par une barrière.

Dans ce modèle popularisé en Suède, la route compte trois voies séparées par une barrière, ce qui permet des dépassements sécuritaires en alternance.

Photo : Mark Wilson

Il faut faire quelque chose, martèle la présidente de l’Association des municipalités du Nord-Est de l’Ontario. C’est bien beau qu’on veuille élargir et qu’on veuille avoir une autre voie, mais en attendant que toute l’infrastructure se bâtisse. Il y a des choses qu’on doit faire [...] dans l’immédiat et à moyen terme.

« Je ne peux pas croire qu’il faut attendre d’établir toutes ces mesures qui sont plutôt reliées à l’infrastructure, quand il y a plusieurs autres dynamiques [qui posent problème]. »

— Une citation de  Johanne Baril, mairesse de Val Rita-Harty

Johanne Baril donne en exemple le manque d’expérience de plusieurs camionneurs et des lacunes dans la formation de ceux-ci.

Mario Villeneuve, vice-président de l’entreprise Villeneuve Construction, qui a des bureaux à Hearst, Kapuskasing et Cochrane, abonde dans le même sens.

Il croit que les principaux enjeux sont le manque de voies de dépassement et l’inexpérience de plusieurs camionneurs.

Selon lui, une manœuvre de dépassement serait à l’origine de l’incident près de de Val Rita-Harty. C’est vraiment un manque de jugement.

Radio-Canada a pu authentifier une vidéo de cet accident circulant en ligne dans laquelle un camion en dépasse un autre sur une route à deux voies. Un plus petit véhicule tente d'éviter le transport lourd et finit sa course dans le fossé.

Jacob Ginger, porte-parole du ministère des Transports, affirme qu’en ce qui concerne la sécurité de l'exploitation des camions de transport, le système de délivrance des permis commerciaux de l'Ontario est l'un des plus solides du pays.

« Il est conçu pour garantir que seules des personnes qualifiées conduisent des véhicules, et ceux qui ne respectent pas la loi s'exposent à des sanctions sévères. »

— Une citation de  Jacob Ginger, porte-parole du ministère des Transports

Mario Villeneuve remarque aussi une augmentation du nombre de véhicules qui circulent sur la route 11 et des conditions de route souvent inadéquates.

On fait constamment du lobbying pour la sécurité de nos employés, affirme-t-il.

Il ajoute que les accidents comme ceux qui se sont produits mercredi ébranlent la communauté.

« Les gens ont peur d’embarquer sur la 11, avec de bonnes raisons. C’est triste que ça prenne des accidents pour que des politiciens mettent de la pression. »

— Une citation de  Mario Villeneuve, vice-président de l’entreprise Villeneuve Construction

Il faut changer nos façons de faire. Les gens n'adoptent pas leur façon de conduire selon la température, déplore M. Villeneuve.

Début décembre, le député néo-démocrate de Mushkegowuk—Baie James, Guy Bourgouin, a déposé une seconde fois un projet de loi pour accélérer le déneigement des routes 11 et 17.

Le projet a pour l’instant été adopté en première lecture.

Jacob Ginger, porte-parole du ministère des Transports, rappelle dans un courriel que la province a mis à l’essai cet hiver des exigences pour que certaines parties des routes 11 et 17 soient dégagées dans un délai de 12 heures après une chute de neige.

Avec les informations de Francis Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !