•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosions de COVID parmi le personnel des foyers de soins d’Ottawa et de l’est ontarien

Une personne passe un test de dépistage.

Une employée d'un foyer de soins pour personnes âgées à Ottawa subit un test de dépistage de la COVID-19 (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les quatre foyers de soins de longue durée appartenant à la Ville d’Ottawa sont aux prises avec des éclosions de COVID-19 au sein de leur personnel, tout comme la Résidence Prescott et Russell à Hawkesbury, dans l'est ontarien.

À Ottawa, en date de mercredi soir, 77 employés parmi les quatre foyers de soins de longue durée de la Ville étaient déclarés positifs à la COVID-19. Cela représente 6 % de la population totale du personnel de soins de longue durée.

Dans les maisons de retraite, les gens peuvent sortir se promener en ville. Dans les foyers de soins de longue durée, les gens ont besoin d'aide pour se nourrir, se lever le matin, s'habiller et prendre un bain, donc si le personnel n'est pas là, les gens ne reçoivent pas les soins, s'inquiète Edward Cashman, le coprésident de la Coalition de santé d'Ottawa.

L'accueil du Centre de santé de longue durée Peter D. Clark.

Le Centre de santé de longue durée Peter D. Clark est aux prises avec une éclosion de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Christian Patry

Dans une précédente version de cet article, le nombre de cas rapportés parmi les résidents et le personnel correspondait à une note de service du 2 janvier 2022. Nous avons mis à jour les chiffres avec la plus récente information de la Ville, en date du 12 janvier 2022.

Nombre de cas actifs dans les foyers de soins de la Ville d’Ottawa :

  • Foyer Carleton Lodge :
    Personnel : 19
    Résidents : 4
  • Centre d’accueil Champlain :
    Personnel : 19
    Résidents : 12
  • Foyer Garry J. Armstrong :
    Personnel : 26
    Résidents : 8
  • Foyer Peter D. Clark :
    Personnel : 13
    Résidents : 0


Source : Ville d’Ottawa, 12 janvier 2022

Jeudi, 60 foyers de soins de longue durée et maisons de retraite sont aux prises avec des éclosions de COVID-19 dans la capitale fédérale. Ces cas d’infections surviennent alors que les employés et les résidents sont nombreux à avoir reçu une dose de rappel du vaccin.

En ce moment, c'est presque aussi pire que ce qu'on a connu au début de la pandémie, sauf qu'on n'a pas de décès, évalue M. Cashman.

La situation dans l’est ontarien

À la Résidence Prescott et Russell, à Hawkesbury, six employés sont en isolement en raison de la COVID-19. Deux résidents attendent leur résultat de test test d'amplification en chaîne par polymérase après avoir été déclarés positifs à la suite de tests rapides.

Un panneau indiquant Résidence Prescott et Russell avec au loin un édifice.

Une éclosion de COVID-19 affecte des employés de la Résidence Prescott et Russell. Deux résidents sont en attente de leurs résultats de test PCR après avoir été déclarés positifs à la suite de tests rapides (archives).

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Depuis son arrivée dans la région, le variant Omicron a infecté 17 membres du personnel de la résidence. Onze d’entre eux sont désormais de retour au travail.

Le traçage de contacts effectué auprès des membres du personnel déclarés positifs a permis de constater que les infections provenaient de l’extérieur de la résidence.

« On était toujours capable de relier un cas d'un employé à un cas à l'externe. C'est vraiment la transmission dans la communauté qui faisait en sorte qu'on avait des cas positifs chez nos employés et non une transmission à l'interne dans la résidence. »

— Une citation de  Alexandre Gorman, administrateur de la Résidence Prescott et Russell

L’administrateur de la résidence, Alexandre Gorman, affirme que ces cas positifs n’ont pas tous été déclarés simultanément. C'était un ou deux [cas] à chaque deux, trois jours, souligne-t-il, permettant ainsi à la résidence de continuer à octroyer des soins malgré ces absences liées à la COVID-19.

Évidemment, on n'était pas à plein rendement, mais c'était quand même très, très acceptable, poursuit-il. On était capable d'offrir tous les soins à nos résidents sans problème.

Une meilleure préparation et des outils supplémentaires

Chose certaine : l’éclosion qui afflige actuellement la Résidence Prescott et Russell n’est pas comparable à l’éclosion dévastatrice de l’automne 2020, selon M. Gorman.

Nos protocoles en place sont assurément meilleurs que les années passées. On est mieux préparé. On en connaît plus au sujet du virus. Pour moi, la préparation qu'on a faite pendant l'été et au mois de septembre a été excellente. On se préparait pour une quatrième vague, même s'il n'y avait pas beaucoup de cas, raconte-t-il.

Une professionnelle de la santé déballe une boîte de tests de dépistage rapides à la COVID-19.

L'utilisation de tests rapides par les employés de la Résidence Prescott et Russell avant leur quart de travail a permis de limiter la propagation de la COVID-19 au sein de l'établissement, croit l'administrateur de la résidence Alexandre Gorman (archives).

Photo : Gracieuseté : Résidence Prescott et Russell

M. Gorman ajoute que la vaccination contre la COVID-19 a permis aux résidents déclarés positifs à la maladie de ne pas tomber très malades. L’un des outils qui ont facilité le contrôle de la propagation du virus à la résidence : l’utilisation des tests rapides.

On effectue des tests rapides pour les employés à chaque quart de travail. Tous les employés doivent se soumettre à un test rapide avant de se rendre à l'unité sur place. Puis, au courant de la dernière semaine, on a eu quatre, cinq employés asymptomatiques qu'on a pu détecter et qu'on a pu envoyer chez eux, explique-t-il.

Avec les informations de Denis Babin et Frédéric Pépin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !