•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attendez-vous à ce que le prix de l’essence reste élevé cette année

La pompe d'une station d'essence.

L'un des principaux facteurs est le prix élevé du pétrole brut.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le prix de l’essence est de retour à ses niveaux prépandémiques et pourrait bien continuer à rester aussi élevé cette année, estime une nouvelle étude de l’École de politiques publiques de Calgary.

L’un des auteurs de cette étude, Kent Fellows, attribue cette hausse à celle du prix du pétrole brut. C’est le principal facteur, dit-il.

C’est difficile de prévoir ce genre de chose, mais je crois que le prix du pétrole brut demeurera autour de ce niveau dans le futur proche, estime-t-il.

Il explique qu’il y a beaucoup d’incertitudes au sein de l’industrie par rapport à la demande et la pandémie. Dans ce genre de situation, les producteurs ont tendance à baisser leurs productions, ce qui fait monter les prix en conséquence, car [les producteurs] ne savent pas quelle sera la demande [pour le pétrole] dans trois, six ou neuf mois.

L’étude révèle aussi que les baisses d’inventaire de pétrole mondial doublées des cibles de production des États membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs dix alliés (OPEP+) provoquent une augmentation du prix de l’essence à la pompe pour les Canadiens sur le court terme.

Les coûts de raffinages et de transport ont augmenté au cours de la dernière année, mais restent dans les moyennes historiques.

À l’exception de Vancouver, où ces coûts ont vraiment augmenté, notamment en raison des inondations et autres conditions météorologiques.

Les taxes ont aussi un rôle à jouer dans cette montée du prix, selon l’étude. Par exemple, l’introduction de la taxe carbone fédérale en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario et au Nouveau-Brunswick a provoqué une hausse du prix de l’essence de 2,2 cents le litre selon l'étude.

Je crois qu’on peut s’attendre à payer [l’essence] dans les alentours des prix actuels, peut-être même un peu plus cher dans le futur. Mais si cela vous inquiète, surveillez le prix du pétrole brut : c’est l’indicateur principal des fluctuations de prix dans les mois à venir, conclut Kent Fellows. 

Avec les informations de Rick Donkers

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !