•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’INSPQ laisse présager une baisse des cas et des hospitalisations à Montréal

Un homme en habit de protection nettoie un coussin près d'une ambulance à l'urgence de l’hôpital Notre-Dame, à Montréal.

L'urgence de l’hôpital Notre-Dame, à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Un « ralentissement de la croissance des cas et des nouvelles hospitalisations » liées à la COVID-19 se profilerait pour le Grand Montréal dans les prochaines semaines, selon les projections de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) dévoilées jeudi.

Si ces nouvelles projections peuvent sembler optimistes, l'Institut joue toutefois de prudence. La situation épidémiologique au Québec est fragile étant donné la transmission communautaire très élevée, explique-t-on.

Ainsi, la moitié des projections laissent présager que les pics des cas et des nouvelles hospitalisations auraient été atteints ou pourraient être atteints d’ici le 17 janvier. Or, l'autre moitié des simulations prédisent que les cas et les nouvelles hospitalisations pourraient continuer d’augmenter pour encore quelques jours ou semaines.

Dans tous les cas, la vague Omicron devrait s'essouffler dans la région métropolitaine au cours des prochaines semaines. Il faut toutefois s'attendre à ce que le pic des hospitalisations et celui des décès surviennent un peu plus tard que celui des nouveaux cas, étant donné le délai entre le moment de l'infection, l'hospitalisation et le décès, rappelle l'Institut national de santé publique du Québec.

L'Institut indique par ailleurs que ses projections doivent être interprétées avec prudence, puisque de nombreuses incertitudes persistent, notamment quant à la sévérité d'Omicron, au rythme de vaccination, à l'adhésion de la population aux mesures sanitaires et à l'impact du retour à l'école, prévu lundi.

Un suivi de la transmission chez les jeunes au moment du retour à l’école est primordial pour mieux anticiper l’évolution de l’épidémie dans les prochaines semaines et le risque de percolation vers des groupes plus vulnérables, suggère ainsi Éric Litvak, vice-président aux affaires scientifiques à l’Institut national de santé publique du Québec.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Une pression sans précédent sur les hôpitaux du Québec

Jeudi, la province a fait état d'un bond de 117 hospitalisations, pour un total de 2994 patients infectés par la COVID-19. Le 6 janvier, l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) avait mis en garde contre une hausse des hospitalisations qui pourrait dépasser les 3000 au cours des deux prochaines semaines.

Ce nombre d'hospitalisations sans précédent a forcé Québec à déployer un nouveau niveau de délestage, le stade 5, afin de dégager jusqu'à 4000 lits pour les patients atteints de la COVID-19.

L'Association des médecins hématologues oncologues du Québec a déjà averti que ce délestage touche désormais des patients cancéreux et que la mortalité par cancer risque d'augmenter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !