•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les camionneurs de la Saskatchewan soumis aux règles comme partout au pays

Un camion avance vers la caméra. Il y a de la neige dehors.

L'instructeur de poids lourd Laurent Pennacchio craint que la mesure n'ait un impact négatif sur la chaîne d'approvisionnement.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les renseignements partagés hier étaient erronés, écrit l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) dans un communiqué publié jeudi après-midi, précisant que ses équipes ont communiqué avec des représentants de l’industrie pour s’assurer qu’ils ont les bons renseignements.

Selon l’Agence de la santé publique du Canada, les catégories de voyageurs qui sont présentement exemptées des exigences pour entrer au pays sont visées par cette directive, y compris les camionneurs.

Les camionneurs canadiens non vaccinés rentrant au Canada devront répondre aux exigences de dépistage avant leur arrivée à leur arrivée et au jour 8. Ils devront aussi se soumettre aux exigences de quarantaine, précise la santé publique.

Mesure controversée

Selon l'instructeur de poids lourd et camionneur réginois, Laurent Pennacchio, cette décision pourrait entraîner des conséquences fâcheuses, notamment sur les chaînes d'approvisionnement.

Je pense que ce n'est pas une bonne idée de faire ça, a-t-il affirmé en entrevue à l'émission Point du jour. Il y a déjà une pénurie de chauffeurs de camion.

Laurent Pennacchio refuse pourtant de critiquer la décision des chauffeurs qui ne sont pas vaccinés.

C’est une question compliquée, ajoute-t-il, avant de déclarer : je suis vacciné, mais je respecte les gens, les chauffeurs qui ne veulent pas être vaccinés.

Lorsqu'on lui demande s'il a tenté de persuader un collègue de recevoir le vaccin, Laurent Pennacchio affirme que le sujet peut donner lieu à des échanges tendus.

Les gens sont déjà très stressés, je pense que de parler avec quelqu'un qui n'est pas vacciné, ça peut augmenter la tension, note-t-il.

Et si les chauffeurs sont contraints de changer d'emploi? Laurent Pennacchio croit certes qu'il peut s'agir d'un incitatif intéressant, mais compte tenu de la pénurie dans le secteur, trouver du travail n'est pas difficile.

C'est tellement en demande!, nuance-t-il. C'est pas trop difficile de changer de carrière en ce moment pour un chauffeur routier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !