•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le Nunavut assouplit certaines restrictions sanitaires dès le 17 janvier

Un montage du premier ministre du Nunavut P.J. Akeeagok et du docteur Michael Patterson.

Les autorités du Nunavut ont annoncé un assouplissement de certaines restrictions sanitaires à partir du 17 janvier.

Photo : CBC

Radio-Canada

Le gouvernement du Nunavut a annoncé lors d'un point de presse, jeudi, que certaines restrictions en matière de santé publique seront assouplies à travers le territoire lundi prochain, le 17 janvier.

Selon le médecin hygiéniste en chef, le Dr Michael Patterson, les restrictions imposées fin décembre ont permis de contrôler efficacement la propagation de la COVID-19. Il rappelle néanmoins aux Nunavummiut de continuer à faire preuve de prudence et de continuer à faire leur part pour se protéger les uns les autres.

À partir de lundi prochain :

  • Les restrictions de déplacement entre les collectivités seront levées;
  • Les rassemblements en plein air pouvant accueillir jusqu'à 25 personnes seront autorisés;
  • Les rassemblements intérieurs dans les habitations pourront accueillir cinq personnes au maximum, plus les membres du ménage;
  • Les bureaux du gouvernement et des organisations inuit ainsi que d'autres bureaux pourront ouvrir;
  • Les établissements de garde d’enfants pourront ouvrir;
  • Les établissements de soins de longue durée et les établissements pour les aînés pourront accueillir un visiteur par résident, mais les masques seront obligatoires;
  • Les rassemblements publics intérieurs, y compris ceux qui se tiendront dans les salles communautaires et les centres de loisirs, seront limités à 25 personnes ou 25 % de leur capacité;
  • Les gymnases et les centres de conditionnement physique pourront accueillir 25 personnes ou 25 % de leur capacité, selon le nombre le moins élevé, pour des séances d'entraînement individuelles uniquement, pas de séances de groupe;
  • Les bibliothèques et les salles d'exposition pourront accueillir 25 personnes ou 25 % de leur capacité, mais les rassemblements ou les visites de groupe ne seront pas permis;
  • Les lieux de culte seront autorisés à accueillir 50 personnes ou 25 % de leur capacité, mais le chant sera interdit;
  • Les stades pourront accueillir jusqu’à 25 personnes ou 25 % de leur capacité, ainsi que 25 spectateurs, mais les jeux d’équipe ne seront pas autorisés;
  • Les restaurants et les établissements qui vendent de l'alcool seront restreints à des commandes pour emporter seulement, et à un maximum de 10 personnes dans la file d'attente;
  • Tous les commerces non essentiels pourront ouvrir, y compris les services personnels tels que les salons de beauté et les coiffeurs;
  • Les taxis ne pourront prendre qu’un seul client par course, avec port du masque obligatoire;
  • Les séances de soutien psychologique en groupe pourront accueillir 10 personnes;
  • Les parcs et les terrains de jeux pourront ouvrir, mais les bâtiments devront rester fermés.
  • Les écoles, quant à elles, ouvriront le 24 janvier.

Le Dr Patterson précise que ces restrictions s’appliqueront en fonction de la situation sanitaire des communautés. Les communautés qui continuent à ne pas avoir de cas verront les mesures être allégées plus tôt, les communautés qui continuent à avoir une transmission et de nouveaux cas resteront à ce niveau actuel (de restrictions) pour une plus longue période de temps.

Il demande aux Nunavummiut de continuer à suivre les mesures de santé publique et de se faire vacciner si cela n’est pas déjà fait, pour que d'autres restrictions puissent être levées.

Le Dr Michael Patterson s'exprime à l'Assemblée législative du Nunavut

Le Dr Michael Patterson, médecin hygiéniste en chef du Nunavut, a affirmé en conférence de presse que « vivre sous les mesures les plus strictes pendant une longue période alors que les gens sont assez bien vaccinés, ça n'a pas de sens ».

Photo : Steve Silva / CBC

Réduction du temps d’isolement à venir

Le médecin hygiéniste en chef a également ouvert la voie à une possible réduction du temps d’isolement, dont la durée se situe aujourd’hui à 14 jours, pour les personnes déclarées positives à la maladie. Il refuse néanmoins de considérer une durée de cinq jours, comme c’est le cas dans d’autres juridictions au pays.

« Au bout de cinq jours, au moins 40 % des gens sont toujours infectieux et nous avons vu au moins une infection au Nunavut due à quelqu’un qui avait voyagé du Sud après cinq jours d’isolement. »

— Une citation de  Dr Michael Patterson, médecin hygiéniste en chef du Nunavut

Une annonce à ce sujet pourrait être faite dans les prochaines 24 heures, a prévenu le Dr Patterson.

Des écoles ouvertes à 50 ou 100 % de leur capacité

La conférence a également été l’occasion pour la ministre de l’Éducation, Pamela Gross, de donner plus de détails quant au retour à l’école. Le Nunavut a annoncé mardi que les écoles rouvriront en personne le 24 janvier, après une semaine de classes virtuelles.

La ministre de l'Éducation du Nunavut, Pamela Gross s'exprime à l'Assemblée législative.

La ministre de l'Éducation du Nunavut, Pamela Gross, a expliqué que certaines écoles ne rouvriront qu'à 50 % de leur capacité à compter du 24 janvier.

Photo : Steve Silva / CBC

Mme Gross a fait savoir que le nombre d’élèves par école allait dépendre une fois de plus de la situation sanitaire de la communauté en question. Le 24 janvier, les écoles d'Iqaluit, Kinngait, Arviat, Rankin Inlet et Cambridge Bay ouvriront à 50 % de leur capacité, les autres écoles pourront ouvrir à 100 % de leur capacité.

Tous les sept jours, le médecin hygiéniste en chef réévaluera la situation, a également précisé la ministre.

Pamela Gross a aussi fait savoir qu’à ce jour, 29 enseignants du territoire sont en isolement et 41 sont en congé approuvé au préalable. Elle affirme que son ministère travaille à faire revenir ces derniers au travail rapidement.

Aides financières

Également présent à la conférence, le premier ministre P.J. Akeeagok a quant à lui fait part de trois initiatives financières mises en place par son gouvernement.

Ainsi, 4 millions de dollars sont alloués aux municipalités afin qu’elles continuent à livrer des services essentiels.

Le premier ministre du Nunavut, P.J. Akeeagok, parle à l'Assemblée législative.

Le premier ministre du Nunavut, P.J. Akeeagok, affirme que trois initiatives concernant des aides financières ont été mises en place au Nunavut récemment, dont plus de 4,5 millions de $ pour les paniers alimentaires à destination des Nunavummiut qui s'isolent.

Photo : Steve Silva / CBC

Les propriétaires de petits commerces comme les artisans, les détaillants ou les cueilleurs, de leur côté, peuvent faire une demande pour obtenir un financement pouvant aller jusqu’à 5000 $.

Enfin, presque 4,5 millions de dollars sont ajoutés pour soutenir le programme de distribution des paniers de nourriture destinés aux Nunavummiut qui doivent s’isoler.

Manque de personnel

Le ministre de la Santé, John Main, et le premier ministre ont également abordé le manque de personnel auquel fait face le territoire pour contrer la COVID-19. 

La situation a notamment mené à la suspension de plusieurs cliniques de vaccination dans les communautés. Dans dix communautés, les centres de santé fonctionnent en ne traitant que les urgences seulement, affirme le ministre Main.

John Main, le ministre de la Santé du Nunavut, parle à l'Assemblée législative.

John Main, le ministre de la Santé du Nunavut, se dit préoccupé par l'absence de réponse du gouvernement fédéral à la requête du Nunavut concernant le manque de personnel pour faire face à la COVID-19.

Photo : Steve Silva / CBC

P.J. Akeeagok avait demandé de l’aide au gouvernement fédéral sur plusieurs points. S’il affirme que les tests rapides, les masques N95, l’aide pour une meilleure ventilation des écoles et, plus récemment, les tests antigéniques ont été fournis assez rapidement, les appels en termes de ressources humaines sont restés sans réponse, pour le moment.

Nous continuons de travailler sans relâche pour obtenir de l’assistance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !