•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des propriétaires de voitures électriques Bolt mécontents

Des propriétaires de Bolt, dont les batteries font l’objet d’un rappel, doivent jongler avec d’importantes contraintes pour éviter que leur voiture prenne feu. Ils déplorent le manque de communication, de soutien et de dédommagement de la part du fabricant américain.

Portrait d'une voiture.

Une Chevrolet Bolt.

Photo : Radio-Canada

Marcel Thibault a pris le virage électrique il y a 4 ans. Il adore rouler en Bolt. Un modèle qui correspond parfaitement à ses besoins en matière d’autonomie, raconte ce conseiller en sécurité financière qui parcourt de 150 à 250 km par jour dans le cadre de son travail.

Depuis son entrée dans le marché de la voiture électrique en 2016, la Bolt a le vent dans les voiles. Jusqu’à ce qu’un problème de fabrication de batterie lui fasse perdre un peu de son lustre.

Au moins 15 véhicules Bolt électriques ont pris feu aux États-Unis au cours des dernières années. Trois personnes ont subi des blessures.

Carcasse d'un véhicule.

Une voiture électrique calcinée.

Photo : Facebook/Bobby Busche

En août dernier, GM déclenche une vaste opération de rappel mondial de sa Bolt électrique. Toutes les batteries de tous les véhicules BOLT électriques doivent être remplacées, peu importe l’année du modèle. On peut lire dans ce rappel que les batteries présentent : [...] un risque d’incendie lorsqu’elles sont chargées au maximum de leur capacité ou très près de celui-ci...

Est-ce que l’auto est sécuritaire? Est-ce que je peux encore rouler avec?, s’inquiète Marcel Thibault.

Plus de 128 000 véhicules sont visés par ce rappel en Amérique du Nord, dont 18 000 au Canada.

En attendant la nouvelle batterie, les clients de GM peuvent continuer de rouler avec leur voiture, à condition de suivre une série de recommandations. Des recommandations que bien des propriétaires de Bolt jugent trop contraignantes, car elles limitent l’autonomie de la voiture et causent bien des maux de tête quand vient le temps de recharger le véhicule dans un garage ou dans un stationnement intérieur.

Portrait de Marcel Thibault.

Marcel Thibault déplore les conditions d'utilisation de sa Bolt.

Photo : Radio-Canada

Les propriétaires doivent notamment : stationner à l’extérieur immédiatement après la recharge et ne pas laisser le véhicule à la charge à l’intérieur pendant la nuit.

« Les restrictions s'accumulent. On me réduit l'autonomie. Donc là, ça commence à poser problème. »

— Une citation de  Marcel Thibault

Autre irritant de taille, Marcel Thibault ne sait toujours pas, plus de quatre mois après le déclenchement du rappel, quand sa batterie sera enfin remplacée.

J’ai appelé chez General Motors [...] J'ai dit : "Ben là, écoutez, c'est problématique. Je travaille avec la voiture. La recharge est dans le garage. C'est un bâtiment. Il y a des risques d'incendie." [On m’a répondu] : "Écoutez Monsieur, votre tour va arriver." Mais sans informations [...] on se sent délaissés. Vraiment, on se sent délaissés. C'est comme si on n'était pas une priorité, raconte Marcel Thibault.

Trop risqué pour ce client

Steven Bédard a acheté sa Bolt 2020 au printemps dernier, en toute confiance.

« On m'avait certifié par le vendeur [...] qu'il n'y en avait plus de problèmes [de batteries] avec les 2020, que c'était réglé. »

— Une citation de  Steven Bédard

Quelle ne fut pas sa surprise lorsque l’été dernier, au cours d’un voyage dans les Chic-Chocs, il détecte une odeur inquiétante, après avoir procédé à une recharge rapide de son véhicule.

J'embarque dans le véhicule [il y a] une très forte odeur de soufre à l'intérieur du véhicule. Ça sentait la batterie brûlée vraiment. Moi, je suis électromécanicien, puis j'en répare des chariots élévateurs, alors une odeur de brûlé d'une batterie qui brûle, je sais qu'est-ce que ça sent [...] c'est exactement ça que ça sentait dans mon véhicule, se souvient Steven Bédard.

Le nouveau propriétaire de Bolt se rend alors chez un concessionnaire GM-Chevrolet, mais aucun problème n’est décelé.

Lorsqu’il reçoit la lettre de rappel de GM au mois d’août dernier, c’en est trop. Rongé par l’inquiétude, Steven Bédard vend sa Bolt, cinq mois après l’avoir achetée.

Portrait de Steven Bédard.

Steven Bédard habite au cœur de Sainte-Anne de Beaupré, dans un quartier où de nombreuses maisons sont centenaires.

Photo : Radio-Canada

« C'est trop contraignant parce que je n'ai pas d'endroit pour stationner le véhicule. Je ne pouvais pas prendre le risque qu'il y ait un incendie ici, dans ma rue, toutes les maisons sont collées. Risquer la vie de ma famille, dans le fond, je ne pouvais pas faire ça du tout. »

— Une citation de  Steven Bédard

Il a vendu sa voiture à perte. J'ai perdu 12 000 $, affirme Steven Bédard.

Faible risque d’incendie, mais la gestion de GM est critiquée

L’Association pour la protection des automobilistes (APA) tient à rassurer les conducteurs de Bolt. Selon l’APA, le risque d’incendie est minime.

« Nous croyons que le risque d'utiliser l'auto en attendant les batteries est très, très faible. C'est raisonnable de croire qu'on peut se servir de l'auto dans les conditions dictées par GM. »

— Une citation de  George Iny, président de l’APA
Portrait de George Iny.

George Iny, président de l’APA.

Photo : Radio-Canada

L’APA estime que GM a fait le bon choix en prenant la décision de procéder à ce rappel colossal et de remplacer toutes les batteries.

L’APA dénonce toutefois la gestion de ce rappel par GM. Selon George Iny, président de l’APA, les communications ont l’air improvisées et la confusion règne autour des consignes que GM donne aux propriétaires de Bolt.

« On vous donne toutes ces consignes un peu contradictoires, et débrouillez-vous avec jusqu'à ce que vous receviez un appel téléphonique de votre concessionnaire. »

— Une citation de  George Iny, président de l’APA

L’APA dénonce également le fait que GM n’offre aucune compensation aux propriétaires de Bolt, qui doivent pourtant jongler avec d’importantes contraintes. Ils n'ont pas été à la hauteur des inconvénients qu'ils ont provoqués. C'est dommage parce que, en bout de ligne, c'est une très bonne auto, souligne George Iny, président de l’APA.

GM réfute ces accusations

General Motors a refusé notre demande d'entrevue, mais son porte-parole Philippe-André Bisson explique par courriel : Nos ingénieurs ont travaillé jour et nuit pour s’assurer qu’il n’y ait plus jamais d’incendies possibles [...] nous devons assurer la sécurité de nos clients, mais ceci prend malheureusement du temps et c’est une situation qui ne peut se régler en quelques jours.

Une main sur une manette.

Opération de recharge d'un véhicule électrique.

Photo : Radio-Canada

GM précise aussi que les clients bénéficieront, au terme de l’opération, d’une batterie de dernière génération qui prolongera la durée de vie de leur véhicule.

Et le constructeur américain ajoute qu’il fournit des compensations en argent pour les stationnements inutilisés ou encore des voitures de service, pour ceux qui en auraient besoin. Or, ce n’est pas le son de cloche que l’Association pour la protection des automobilistes reçoit de la part de ses membres.

« [GM] dit aux médias qu'il fournit une auto aux gens qui ne peuvent pas stationner à l'extérieur. Mais dans les faits, ce n'est pas ce que le public nous dit. »

— Une citation de  George Iny, président de l’APA

Des clients déçus

Marcel Thibault et Steven Bédard affirment n’avoir reçu aucune offre ni aucune forme de dédommagement de la part de GM.

Il devrait avoir au minimum une allocation qui devrait être attribuée ou qu’ils nous envoient, je ne sais pas moi, une carte de recharge avec circuit électrique [...] due à l'autonomie qui est restreinte... Ça serait déjà un geste honorable. Mais il n'y a rien, déplore Marcel Thibault. Je suis quand même content de la voiture, mais tout ce qui vient avec présentement, ça c'est une déception totale.

Steven Bédard, quant à lui, a complètement perdu confiance en GM. GM se fout carrément de ses clients [...] Jamais plus jamais je ne vais racheter un GM, c'est terminé. C'est le premier, c'est le dernier.

GM prévoit remplacer toutes les batteries d’ici la fin du premier trimestre 2022

GM a bon espoir d’arriver à remplacer toutes les batteries de toutes les voitures Bolt électriques d’ici la fin mars 2022.

En attendant, GM précise qu’une mise à jour de logiciel est maintenant disponible pour tous les modèles. Une mise à jour qui permet d’atténuer certaines contraintes et de charger à nouveau son véhicule en toute sécurité à l’intérieur pendant la nuit, en attendant le remplacement de la batterie.

Le reportage d'Annie Hudon-Friceau et de France Larocque est diffusé à La facture le mardi à 19 h 30 et le samedi à 12 h 30 à ICI Télé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !