•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 460 morts liés à une surdose de drogue en Saskatchewan en 2021

Mille six cent quatre-vingt-une croix sur le terrain du palais législatif à Regina. (archives)

La plupart des décès confirmés en 2021 ont été liés au fentanyl. (archives)

Photo : Radio-Canada / Richard Agecoutay

Radio-Canada

Le nombre de personnes décédées d’une surdose de drogues en 2021 a plus que doublé depuis deux ans. Selon le Service des coroners de la Saskatchewan, le décès de 464 habitants a été confirmé ou soupçonné.

« Les drogues ne sont pas les mêmes qu'il y a deux ans. Elles ont changé et il suffit d'en consommer une seule fois pour causer votre mort.  »

— Une citation de  Chantel Huet, ex-consommatrice de drogue et habitante de Saskatoon

À l’heure actuelle, 225 décès ont été confirmés et des enquêtes sont toujours en cours dans les autres cas. En 2019, le nombre de décès confirmés par surdose de drogue était de 179. La plupart des décès confirmés en 2021 ont été liés au fentanyl.

« Le fentanyl a pris la vie de tant de belles personnes.  »

— Une citation de  Chantel Huet, ex-consommatrice de drogue et habitante de Saskatoon

Chantel Huel a connu sa propre dépendance aux opioïdes. Maintenant, elle est sobre depuis 39 mois.

Résoudre la crise des surdoses en Saskatchewan

La fondatrice d’un groupe provincial de sensibilisation aux surdoses, Hannah Schneider, s’est mise à pleurer en revoyant les statistiques, parce qu’elle sait que chaque mort représente un individu, mais aussi des familles qui sont dans le deuil.

Elle et d’autres personnes en Saskatchewan veulent régler la crise des surdoses dans la province. À l’automne dernier, des drogues de très mauvaise qualité circulaient dans les rues de Regina. Hannah Schneider recevait constamment des informations et des messages téléphoniques.

J'ai reçu des messages. C'était une série de mauvaises nouvelles. Quand est-ce que ça s'arrête? C'est juste si douloureux d'entendre parler [de] tant de personnes.

En 2019, Mme Schneider a vécu la perte d’un ami proche pour les mêmes raisons. Cet ami l’avait aidée à se remettre sur le droit chemin contre la dépendance aux drogues.

C'était très inattendu. Je ne savais pas qu'il se remettait à consommer des drogues dures.

Heather Schneider rappelle que la majorité des gens qui sont morts d’une surdose de drogue ont tenté de trouver de l’aide.

Ces gens sont essentiellement en train de se perdre dans le processus de demande d'aide, dit-elle.

Meilleurs services d’aide et soutien financier accru

Hannah Schneider et Chantel Huet sont d’avis que les toxicomanes doivent bénéficier de meilleurs services, de centres d’injections supervisées et de soutien en santé mentale.

Je défendrai et je me battrai pour obtenir un centre d'injection supervisée ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, déclare Mme Schneider. Lorsque les gens ressentent le besoin de consommer, ils savent qu'il y a un endroit sûr où ils peuvent aller.

Les deux femmes souhaitent que les organismes venant en aide aux toxicomanes reçoivent un plus grand soutien financier.

Avec les informations de Kendall Latimer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !