•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ONU cherche près de 4 milliards de dollars pour aider le Yémen

Trois enfants se réchauffent autour d'un feu.

Des enfants se réchauffent autour d'un feu dans un camp près de la ville de Taez.

Photo : afp via getty images / AHMAD AL-BASHA

Agence France-Presse

L'ONU aura besoin en 2022 d'environ 4 milliards de dollars pour venir en aide à la population du Yémen, pays en guerre depuis plus de sept ans, a déclaré mercredi au Conseil de sécurité de l'ONU un responsable des Affaires humanitaires de l'organisation.

Nous prévoyons que l'opération d'aide de cette année nécessitera à peu près autant d'argent que l'année dernière, soit environ 3,9 milliards de dollars pour aider 16 millions de personnes, a annoncé Ramesh Rajasingham, chef adjoint du département des Affaires humanitaires de l'ONU.

J'appelle tous les donateurs à maintenir – et si possible, à augmenter – leur soutien cette année, a-t-il ajouté, en précisant qu'une évaluation précise des besoins était en cours.

La plus grosse contrainte en ce moment est le financement de l'aide humanitaire, a précisé le responsable, en déplorant que le plan de réponse établi l'an dernier n'ait été financé qu'à hauteur de 58 %. Ce montant, a-t-il dit, a été le plus bas financé pour le Yémen depuis 2015, date de l'entrée en guerre, pour soutenir le gouvernement yéménite, de l'Arabie saoudite à la tête d'une coalition arabe.

Le responsable a rappelé qu'en décembre le Programme alimentaire mondial avait annoncé des réductions de l'aide alimentaire pour 8 millions de personnes en raison de pénuries de financement.

D'autres programmes vitaux, notamment des services d'approvisionnement en eau, de protection et de santé reproductive, ont également été contraints de réduire la voilure ou de fermer ces dernières semaines par manque de fonds, a précisé Ramesh Rajasingham.

Une fillette portant un bébé dans un camp de tentes dans le désert.

Un camp de réfugiés dans la province de Hodeiba dans l'ouest du Yémen

Photo : afp via getty images / KHALED ZIAD

Mais le financement est loin d'être la seule contrainte, a-t-il aussi indiqué.

L'accès humanitaire et la sécurité restent également des défis. Les obstacles bureaucratiques persistent et incluent des retards importants dans l'approbation de projets d'aide, la délivrance de visas et la facilitation des déplacements, a-t-il dit.

Ces derniers mois, le Yémen a connu une recrudescence des violences, les rebelles Houthis multipliant les frappes de missiles et de drones vers le sud du royaume saoudien voisin, alors que la coalition a redoublé de raids aériens ciblant leurs positions au Yémen.

Déclenché en 2014, le conflit au Yémen a tué selon l'ONU au moins 377 000 personnes, victimes directes et indirectes du conflit dans ce pays confronté à l'une des pires crises humanitaires du monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !